L'édito du Dr Jean-Paul Ortiz

La CNAM vient de tuer la convention !

La CNAM joue un jeu dangereux en utilisant l’article 99 de la Loi de financement de la Sécurité Sociale 2017, véritable 49.3 qui donne toute latitude à son directeur pour décider, de manière unilatérale, des baisses tarifaires contre les radiologues.

En plus de mettre en péril l’équilibre financier des cabinets de radiologie qui sont de véritables entreprises de santé employant en France plus de 4 800 radiologues, 30 000 collaborateurs et 1 650 chercheurs, c’est l’esprit de la convention qui vient de perdre son capital « confiance ». Et sans « confiance », il n’y aura plus, à court terme, de syndicats de médecins responsables qui voudront s’engager dans une négociation conventionnelle.

Oui, cet acte délétère est un coup violent porté à la convention, d’autant plus délétère, que nos confrères les chirurgiens-dentistes viennent de subir la même attaque et qu’à l’évidence, d’autres professions de santé seront aussi touchées demain.

Aujourd’hui, la mobilisation des radiologues est sans précédent, comme l’a démontré la grève du 23 mars avec plus de la grande majorité des cabinets de radiologie fermés, ainsi que celle des chirurgiens-dentistes à laquelle la CSMF s’est associée par sa présence.

La colère gronde dans le monde des libéraux de la santé : la solidarité est là et l’opposition pourrait vite devenir frontale avec la CNAM, son directeur en portant l’entière responsabilité.

Dr Jean-Paul ORTIZ
Président de la CSMF

Consulter les archives du Médecin de France.