Gilets jaunes : non à la violence, oui à l’écoute et au dialogue

Ces jours derniers, la crise sociale majeure que traverse notre pays, dite des « gilets jaunes », a entraîné des entraves à l’accès aux soins dans certains territoires. Les médecins libéraux appellent l’ensemble des manifestants et le gouvernement à garantir la sécurité de l’exercice des médecins, tant dans leur cabinet que pour leurs déplacements. L’accès aux soins, auquel les médecins français sont très attachés, doit être préservé à tout moment pour tous nos concitoyens.

Distinguer les urgences vitales des appels au médecin généraliste !

Le rapport de l’Inspection générale de l’administration (IGA) et l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) recommanderait aux ministères de la santé et de l’intérieur de mettre en place un numéro unique d’urgence, le 112.

Rôle du pharmacien : à chacun sa place dans une équipe coordonnée

L’Ordre des pharmaciens a émis aujourd’hui plusieurs propositions modifiant le rôle du pharmacien. Si la prévention est l’affaire de tous les professionnels de santé, celle-ci doit être organisée à l’intérieur des territoires, en coordonnant l’ensemble des acteurs concernés autour du médecin traitant et des médecins correspondants.

Arrêts de travail : la prescription de la CSMF

La CSMF a rencontré ce jour la mission IGAS sur les arrêts de travail. Elle a renouvelé sa proposition d’arriver à des possibilités beaucoup plus souples concernant l’arrêt de travail de façon à prévenir la désinsertion du salarié de son milieu professionnel.

Ile de la Réunion : situation grave et urgente

La CSMF a été alertée par les médecins et les professionnels de santé de l’île de la Réunion sur la situation particulièrement grave qu’elle traverse en ce moment à la suite des mouvements sociaux.

À la Réunion, l’île est paralysée depuis une dizaine de jours, les écoles sont fermées et les routes sont coupées en journée. La nuit, durant les cinq jours du couvre-feu, la permanence de soins a tout de même été assurée par les médecins libéraux malgré l’insécurité.

EHPAD : non à l’exclusion du médecin traitant

Un amendement sénatorial a modifié le projet de loi de financement de la Sécurité sociale en proposant que le médecin coordonnateur des EHPAD puisse prescrire des médicaments aux résidents dans ces établissements. À première vue, cette possibilité pourrait permettre de résoudre quelques rares cas où les médecins traitants ont des difficultés à suivre leurs patients lorsqu’ils entrent dans une EHPAD, en raison de problèmes de disponibilité, de temps.

Mais les conséquences de cette mesure sont plus graves qu’il n’y paraît :

Fermeture de l’accès au DPC : quelle incohérence du gouvernement !

Le rapport du Professeur Uzan sur la certification, publié cette semaine, va dans le bon sens et les médecins sont prêts à s’engager dans ce processus de valorisation professionnelle.

De fait, les médecins libéraux sont déjà largement impliqués dans les processus de certification, avec la mise à jour des connaissances et l’évaluation des pratiques, en particulier à travers le Développement Personnel Continu (DPC).

DMP : enfin réussir ?

Presque quinze ans après le début de son lancement, et devant des échecs répétés successifs malgré des centaines de millions engloutis, le gouvernement relance aujourd’hui le dossier médical partagé (DMP).

Prescription par le pharmacien, attention danger !

Un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale 2019, adopté par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, propose une expérimentation dont l’impact pose des problèmes majeurs.

Arrêts de travail : le médecin n’est pas coupable !

L’augmentation des arrêts maladie est un constat partagé, particulièrement pour le lourd impact financier que cela a sur les comptes sociaux. Dans un entretien récent, le président du Medef cite les trois acteurs impliqués : les entreprises, les salariés et les médecins.