CSMF Actu du 15 janvier 2016

CSMF Actu du 15 janvier 2016

La CSMF appelle à la désobéissance tarifaire

Parce que le tarif des actes médicaux, tout particulièrement de la consultation, est déconnecté de la réalité, la CSMF appelle l’ensemble des médecins à rejoindre le mouvement de la « désobéissance tarifaire ». Pour cela, utilisez le dépassement pour exigence (DE) en fonction de la nature des actes et de la situation du patient. La CSMF revendique une consultation de base, commune à tous les médecins, à 30 euros, base d’une grille hiérarchisée de la consultation. Pour les médecins généralistes, la première étape est celle d’un C ou CS à 25 euros ; pour les médecins spécialistes, c’est une utilisation large du DE en fonction des tarifs.

Pour informer votre patientèle, téléchargez notre affiche dédiée ICI.

Grand débat national sur la vaccination : la CSMF déplore les hésitations des pouvoirs publics

Marisol Touraine a annoncé le 12 janvier le lancement d’un grand débat public sur la vaccination tout au long de l’année 2016. La CSMF déplore que les pouvoirs publics, une fois de plus, ne prennent pas leurs responsabilités face à un enjeu majeur de santé publique. Une politique vaccinale claire, dont le médecin est le pivot, est nécessaire pour rétablir la confiance des Français dans les vaccins, solution la plus efficace pour éviter des épidémies et éradiquer des maladies graves.

En savoir plus

URPS : les élections des bureaux en cours dans les nouvelles régions

Alors que les élections des bureaux des URPS sont toujours en cours, certaines régions sont déjà fixées. C’est le cas en Ile-de-France où le Dr Bruno Silberman a été reconduit à la présidence, tout comme le Dr Jean-Baptiste Caillard en Pays de Loire, mais aussi en région Centre-Val-de-Loire avec l’élection à la présidence du Dr Raphaël Rogez et en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes avec celle du Dr Philippe Arramon-Tucoo.

En Auvergne-Rhône-Alpes, le Dr Yannick Frezet, président de la CSMF Jeunes Médecins, a remporté la vice-présidence de l'URPS.

En savoir plus

SOS-CAISSES, le service de la CSMF qui vous défend contre le harcèlement des caisses

Prescriptions d’arrêt de travail jugées abusives, utilisation soi-disant « excessive» de la mention "non substituable", accusation de facturer une mauvaise cotation du C… Stop au harcèlement des médecins par les caisses ! La CSMF propose un accompagnement adapté pour défendre les médecins contre l’acharnement, les menaces et autres intimidations des CPAM via son service « SOS-CAISSES ». Pour en bénéficier, il suffit de déposer une demande d’aide en cliquant sur le lien ci-dessous.

Accéder au service SOS-CAISSES

Prescription en DCI : pour la CSMF, cette obligation est inapplicable en l’état

Selon une étude de l’UFC-Que Choisir parue le 7 janvier, les trois-quarts des médecins ne respecteraient pas l’obligation de prescription en dénomination commune internationale (DCI), entrée en vigueur le 1er janvier 2015. Sur les 2 729 médicaments prescrits dans les 800 ordonnances analysées, seuls 13% d’entre eux étaient rédigés en DCI, 14% à la fois en DCI et en nom de marque, et 73% en seul nom de marque.

Pour la CSMF, l’obligation de prescription en DCI est inapplicable en l’état, les logiciels d’aide à la prescription (LAP) ne proposant que rarement la transposition d’un nom de marque en DCI. Or, ces appellations sont trop complexes à mémoriser. La CSMF appelle toutes les parties prenantes – médecins, éditeurs, pharmaciens et ministère – à une réflexion commune et constructive sur le sujet.

A l’étranger : avec les applications pour smartphone, l’exercice médical entre dans une nouvelle ère

A New-York et à San Francisco, la visite du médecin généraliste à domicile connaît un nouveau souffle depuis le lancement, en juillet 2014, de Pager. Cette application pour smartphone propose à ses usagers de recevoir la visite d'un médecin à domicile dans les deux heures. Facturé 200 dollars, ce service reste malgré tout moins coûteux qu’un passage aux urgences, chiffré en moyenne à 1 233 dollars. Pour bénéficier du même service, les Californiens déboursent quant à eux 99 euros via l’application Heal, lancée en février 2015.

Au Royaume-Uni, l’application pour smartphone Push Doctor, un service de téléconsultation, fait beaucoup parler d’elle. Tout utilisateur peut consulter un généraliste qui, par écran interposé, a la possibilité de diagnostiquer une vingtaine de pathologies : grippes, nausées, etc. Comptez 33,5 euros pour la consultation de 10 minutes et 73,5 euros les 30 minutes, auxquels peuvent s’ajouter le prix de la délivrance d’une ordonnance (6 euros), d’un arrêt maladie ou d’une lettre d’orientation vers un spécialiste (17 euros). Quelques exemples tarifaires dont la CNAM pourrait s’inspirer !

DPC 2016 : les inscriptions sont ouvertes !

La campagne DPC 2016 est maintenant lancée et votre enveloppe annuelle 2016 est recréditée. Nous vous proposons de découvrir l’ensemble de nos programmes DPC en régions ou à Paris, par visioconférence depuis votre bureau, etc. Plus de 130 sessions vous sont d’ores et déjà proposées.

En savoir plus

Agenda

• 11 février 2016 : Assises de la Médecine Libérale

• Février 2016 : début des négociations conventionnelles

Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

Nos communiqués de presse

INTERFIMO

SCAMED