Dernier cadeau de Marisol Touraine : un collège de la HAS sans médecins libéraux

La composition du nouveau collège de la Haute Autorité de Santé a été dévoilée lundi soir et la CSMF déplore qu’il n’y ait aucun médecin libéral parmi les six nouveaux membres, contrairement à la tradition depuis de nombreuses années. La ministre de la Santé, visiblement rancunière à l’égard des médecins libéraux, a préféré des hauts fonctionnaires ou des technocrates.

La HAS devient un clone du ministère actuel éloigné des réalités du terrain et la CSMF dénonce fermement les conséquences pour la médecine libérale. Alors que la HAS devait être la maison de tous les professionnels de la santé et de la culture de la qualité dans tous les secteurs, comment imaginer une implication des médecins libéraux devant cette dérive technocratique et administrative ? Comment la HAS va-t-elle évaluer la médecine ambulatoire, les parcours de soins ou l’efficience des prises en charge de ville, de façon indépendante et pertinente ?

Cette mise à l’écart est néfaste pour tous, médecins libéraux et patients, car le système de santé a besoin d’une Haute Autorité réellement indépendante pour contribuer à sa régulation et son amélioration, et développer l’efficience indispensable pour garantir l’avenir de notre système de santé.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Mardi, 21 mars, 2017