Les pouvoirs publics sont responsables de la crise de confiance envers la vaccination

Un fort courant anti-vaccination fait rage en France depuis plusieurs années, contrairement aux autres pays européens.

Ce mouvement est alimenté par des contre-vérités et des pseudo-études sur les vaccins sur internet. Il est surtout nourri par les attitudes irresponsables des politiques. Nous nous rappelons tous de leurs messages contradictoires sur les vaccins contre l’hépatite virale B et surtout de l’organisation catastrophique de la vaccination antigrippe H1N1 en 2009-2010.

Les médecins font face aussi à un double problème lors du suivi des vaccinations d’un patient. Il manque d’abord souvent d’information sur l’historique vaccinal du patient et doivent surtout composer avec les modifications annuelles apportées au calendrier vaccinal !

La CSMF demande aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités, sans changer d’avis tous les six mois, et d’avoir une position claire et ferme sur la vaccination, enjeu crucial de santé publique. C’est de cette manière que pourra être rétablie la confiance des Français dans les vaccins, solution la plus efficace pour éviter des épidémies et éradiquer des maladies graves.

Le médecin doit être aussi au cœur de de la politique vaccinale. C’est auprès de lui que les patients trouveront les réponses à leurs interrogations, et non sur internet.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Jeudi, 29 septembre, 2016