Hausse de l’ONDAM 2017 : la CSMF se méfie des effets d’annonce

Le ministre de l’Economie a annoncé hier que l’ONDAM 2017 serait rehaussé à 2,1%. Initialement prévu à 1,75%, Michel Sapin a justifié ce renfort de 700 millions d’euros pour assurer les revalorisations salariales dans la fonction publique hospitalière et les évolutions tarifaires de la convention médicale.

La CSMF accueille cette nouvelle avec prudence. Si cet ajustement prend mieux en compte la réalité des besoins de santé de la population, la vraie question est la répartition de l’objectif entre la médecine de ville et l’hôpital.

Si le sous-ONDAM de la médecine de ville n’est pas largement supérieur à celui de l’hôpital, contrairement à ce qui s’est passé ces dernières années, cette hausse de l’ONDAM contribuera une nouvelle fois à alimenter les dépenses voraces de l’hôpital public. La CSMF estime que seule une véritable deshospitalisation du pays assurera la viabilité économique de notre système de santé.

La CSMF demande donc que la médecine de ville reçoive enfin les moyens nécessaires pour effectuer concrètement le virage ambulatoire dont le pays a besoin.

La CSMF sera particulièrement vigilante sur la répartition de cet ONDAM à 2,1%. L’essentiel est à venir…


Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Mercredi, 21 septembre, 2016