Extension du tiers payant : la CSMF réitère son appel à la désobéissance civile

La ministre de la santé a annoncé ce mercredi l’extension du tiers payant à partir du 1er juillet pour les femmes enceintes et les patients en ALD, à travers « un dispositif modernisé et simplifié ». La CSMF dénonce ce discours démagogique bien loin de la réalité technique que vivent les médecins.

« L’amélioration » du dispositif repose sur la présentation de la carte vitale par le patient, avec un engagement de l’Assurance Maladie à assurer au médecin un paiement dans les sept jours ouvrés. Des pénalités (1 euro !) seraient payées par les caisses aux médecins en cas de retard. Or, nombreux sont les patients à ne pas présenter de carte vitale et les dysfonctionnements actuels du tiers payant rendent les médecins particulièrement dubitatifs sur un tel système.

Mais le gouvernement a bien sûr la solution : une « plateforme d’accompagnement » pour aider les médecins à appliquer le tiers payant, ouverte de 8h à 17h du lundi au vendredi, jusqu’à 20h le mercredi et le jeudi ! Cela est loin de couvrir les besoins des médecins qui travaillent dans leurs cabinets de 8h à 20 h, la permanence des soins prenant le relais la nuit et le weekend. Quid en garde et le week-end ?

La CSMF dénonce une nouvelle fois le tiers payant généralisé présenté par le ministère comme une mesure « sociale, simple, rapide et sécurisée ». Rappelons qu’aujourd’hui le tiers payant est déjà largement utilisé pour des patients en ALD et que les patients sont remboursés en moyenne en trois jours. Pourquoi mettre en place cette procédure complexe et coûteuse pour la collectivité sous un pseudo-prétexte social ?

La CSMF refuse cette dérive bureaucratique et s’interroge : pourquoi entraver le travail du médecin par un dispositif obligatoire sous prétexte d’une accessibilité sociale, alors qu’il ne règlera pas les véritables problèmes d’accès aux soins, essentiellement dentaires, optiques et audioprothèses ?

La CSMF s’oppose à la mise en place d’un tiers payant obligatoire et réitère son appel à la désobéissance civile en demandant aux médecins libéraux d’appliquer le tiers payant uniquement quand il est justifié socialement, quelle que soit la situation du patient.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

 

 

Mercredi, 29 juin, 2016