Dépassements d’honoraires : n’en déplaise à l’UFC-Que Choisir, les chiffres sont têtus

Dans son dernier communiqué de presse, l’UFC-Que Choisir s’attaque une nouvelle fois aux compléments d’honoraires des médecins libéraux. Mais elle oublie que les tarifs des actes techniques, élaborés en 2004, n’ont pas varié depuis. Les compléments d’honoraires sont aujourd’hui indispensables en raison de la hausse exponentielle du coût des assurances de responsabilité civile professionnelle médicale.

Contrairement à ce que prétend l’UFC-Que Choisir, depuis trois ans, la mise en place du contrat d’accès aux soins a non seulement permis une stabilisation des compléments d’honoraires, mais aussi une baisse moyenne. Alors que le taux moyen de dépassement progressait de presque 2 points par an à la fin des années 2000, il est de 55,4 % en 2012, 55,1 % en 2013, 54,1 % en 2014 et de 53,4 % en septembre 2015.

L’UFC-Que Choisir explique cette baisse du taux de dépassement par l’augmentation du nombre d’actes opposables : c’est bien la preuve que le contrat d’accès aux soins permet un plus grand nombre d’actes à tarifs opposables pris en charge par la Sécurité Sociale !

La CSMF réaffirme son attachement à une médecine libérale et sociale. Le contrat d’accès aux soins est un élément qu’il faut revisiter, adapter à toutes les régions et toutes les spécialités, y compris en impliquant les assureurs complémentaires qui ne se sont pas assez impliqués dans ce domaine, contrairement à leur engagement initial. Ce n’est qu’à ce prix qu’une offre libérale de soins de proximité et performante pourra être maintenue pour tous les Français, loin des dogmes de certains.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org 

Lundi, 14 décembre, 2015