« Faire voter la loi de santé en catimini, pendant l’état d’urgence, ce n’est pas la France »

Suite aux dramatiques événements dont la France a été victime le vendredi 13 novembre, l’ensemble des Syndicats médicaux libéraux ont appelé, dès les premiers attentats, tous les médecins libéraux à suspendre la grève des soins afin de se rendre disponibles pour apporter secours et soutien aux Français.

Devant l’état d’urgence décrété par le Président de la République, tout mouvement de grève des soins est suspendu durant cette période dramatique pour faire en sorte que l’ensemble des Français puisse se reposer en toute confiance et sérénité sur leur système de santé. Il s’agit là du sens de la responsabilité des médecins libéraux.

Pendant que l’heure est à l’hommage aux victimes, au respect et au soutien des centaines de familles si durement atteintes, la Ministre de la Santé fait passer sa loi de Santé tant décriée, profitant de l’état d’urgence.

La CSMF s’indigne de cette méthode non démocratique qui va créer une rancœur durable auprès des médecins.

Les Français ont été dignes durant les attentats de Paris, les médecins ont été responsables ; faire voter une telle loi en catimini, ce n’est pas respectueux de la démocratie et de l’appel à l’unité nationale.



Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Mercredi, 25 novembre, 2015