UNAMEP

 logo UNAMEP

Union Nationale des Médecins à Exercice Particulier

En cette période d’incertitudes, de changements, de contraintes, où l’aspiration de nos hommes politiques est de diminuer au maximum le coût de la santé, les énarques ont laissé tomber le crédo de « moins il y aura de médecins, moins il y aura d’actes », ils en ont trouvé un autre tout aussi génial  « moins les médecins feront de la « médecine » (au sens sécurité sociale du terme) moins cela coûtera cher ».  Ainsi on voit se dessiner deux courants allant dans ce sens.

  • Soviétiser la médecine :
  • limiter la rémunération des actes médicaux
  • augmenter les contraintes : autorisations d’absences, paperasserie, travail obligatoire (gardes, permanence des soins, zones sous médicalisées…)
  • gestion centralisée et étatique (ex des vaccinodromes pour la grippe A H1N1), pratiques médicales dictées par des recommandations (opposables) d’un organisme étatisé.
  • sous qualification des actes ne reconnaissant pas certaines spécialités à exercice exclusif (ex angéiologues, sexologues…) et empêchant  certains MEP d’accéder à la qualification de spécialiste.

 

Pousser hors du champ de la « médecine » une grande partie des actes médicaux, qui couteront ainsi moins cher car pratiqués:

  • soit par des paramédicaux eux-mêmes déjà débordés (soit disant délégation des tâches)
  • soit par des non médicaux (ainsi par exemple le ministère a récemment proposé de réserver le titre d’Ostéopathe aux non médecins qui sont officiellement reconnus et les médecins ostéopathes exclusifs devront se trouver une autre appellation ou bien renoncer à leur titre de médecin, et c’est tout bénéfice pour la sécu). Ainsi bientôt cela pourra être le tour des médecins acupuncteurs qui devront peut-être s’intituler aiguillothérapeutes, le titre d’acupuncteur serait réservé aux non médecins que la sécu n’aura pas à rembourser…. C’est pour cela que l’on voit prospérer les écoles d’ostéopathie et d’acupuncture pour non médecins alors que les DIU de ces mêmes disciplines se vident. 

Or, malgré tout cela, toutes les études situent la proportion des MEP entre 15 et 20% des 105 000 omnipraticiens, ce qui est considérable, mais ces MEP sont le plus souvent dispersés et isolés.

Plusieurs centaines d’entre eux sont adhérents à l’UNAMEP (Union National des Médecins à Exercices Particuliers) une branche de la CSMF qui existe depuis plus de 10 ans. Elle rassemble des médecins ayant des profils très divers : Acupuncteurs, Allergologues, Homéopathes, Médecins Vasculaires, Ostéopathes etc.

Au Bureau chacun de ces domaines est représenté par un Vice Président (qui est, le plus souvent, le Président ou un des dirigeants du syndicat vertical correspondant). Ainsi l’UNAMEP est à même des défendre toutes ces particularités.

Tout médecin est un MEP qui s’ignore, mais celui qui se revendique MEP et qui se sentirait seul, doit nous rejoindre car l’union fait la force.

Nous pourrons ainsi, au sein d’un grand syndicat polycatégoriel, défendre plus efficacement nos mode d’exercice  et nous organiser pour :

  • Travailler à la reconnaissance et la valorisation de nos différentes disciplines en participant à la mise en place du Collège National Professionnel des MEP, pour le DPC qui va s’imposer à tous les médecins.
  • Définir la place des MEP dans la PDS, dans le parcours de soin (loi HPST).
  • Faire avancer la reconnaissance de certains modes d’exercice exclusif.
  • Faire des propositions dans le domaine de la tarification des actes et de la nomenclature.
  • Se connaître et se retrouver par l’édition d’un annuaire national des MEP syndiqués (il est entrain de s’élaborer, si vous n’êtes pas identifiés comme MEP au niveau de votre syndicat départemental, faites le lui savoir).

Il y a dans chaque département un grand pourcentage de MEP syndiqués, peu sont représentés au niveau national faute de l’existence d’un collège spécifique départemental. Il est nécessaire que ces médecins se manifestent auprès de leur représentant syndical  départemental afin de créer  un collège MEP.