L’édito du Président

Jean Paul Ortiz Edito du président

Péril en la demeure !

Décembre 2021

La médecine libérale est inquiète, très inquiète pour son avenir qui semble de plus en plus incertain.

Il y a quelques jours la Loi de financement de la sécurité sociale définitivement adoptée a donné le « la » d’une attaque en règle contre le métier de médecin en prenant des décisions institutionnelles pour redessiner les contours des métiers. Puis en officialisant non pas la délégation des tâches mais le transfert de compétences permettant ainsi à certaines professions d’être upgradées sans avoir pour autant les connaissances requises pour une approche globale de la pathologie… mais le Gouvernement a pour priorité l’accès aux soins quitte à oublier la qualité des soins.

Aujourd’hui une nouvelle musique se fait entendre, avec insistance, sur une remise en cause d’un acquis de la médecine libérale, voire même une valeur fondatrice, la liberté d’installation. Ceci serait imposé dans un premier temps aux jeunes diplômés, et demain à tous (bien évidemment).

Sénateurs, Députés, Ministres, Président de la république, chacun y va de son refrain en laissant planer un doute délétère pour l’avenir du métier, hypothéquant son attractivité. Après avoir déstructuré l’hôpital, les responsables politiques s’attaquent à la déstructuration de la médecine libérale ; une fois que la santé des français ne sera plus assurée, alors on organisera un Grenelle de la santé en promettant monts et merveilles, des investissements par milliards et des promesses à gogo…

La démocratie a fait du politique un omnipotent même si ce dernier est incompétent… Mais actuellement, on touche à la santé des français ; il y a donc péril en la demeure.

Jean-Paul Ortiz
Président de la CSMF