Haute Autorité de Santé : la médecine libérale totalement exclue

Aucun médecin libéral ne siègera à la Haute Autorité de Santé. C’est l’amer constat de la CSMF suite à la nomination d’un professeur d’université-praticien hospitalier à la présidence de l’institution.

Accès territorial aux soins : un plan à élargir

La CSMF, présente ce matin à Châlus en Haute-Vienne, a écouté attentivement les annonces du Premier ministre pour renforcer l’accès aux soins dans les territoires.

Bordeaux - mercredi 13 décembre 2017 - "Gestion du cabinet médical"

(sans espace)
(sans espace)

Toulouse - mercredi 29 novembre 2017 - "Gestion du cabinet médical"

(sans espace)
(sans espace)

Reunion du 08 novembre 2017

Un ONDAM loin des enjeux de la médecine libérale

La CSMF a participé à la présentation des comptes de la Sécurité Sociale et constate que si l’ONDAM 2017, particulièrement contraint à 2,2%, a pu être tenu cette année, c’est grâce à la moindre hausse des dépenses de soins de ville de 1,8%, en particulier lié au blocage tarifaire des honoraires médicaux.

Grand Plan d’Investissement en santé : des miettes pour la médecine libérale

Le Premier ministre a annoncé hier un plan d’investissement en santé de près de 5 milliards d’euros d’ici à 2022. La CSMF déplore que le gouvernement ait choisi, comme ses prédécesseurs, de privilégier l’hôpital qui recevra au total 4 milliards d’euros.

Questionnaire medecins employeurs

Comptes de la santé : à la recherche du virage ambulatoire

Dans sa présentation annuelle des comptes de la santé, la Drees annonce une augmentation de la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) de 2,3% en 2016 contre 1,5% l’an passé, portant cette progression à 8,9% depuis 2011. En parallèle, le reste à charge des ménages continue de diminuer, à 8,3% de la CSBM en 2016 contre 9,2% en 2011, soit le plus bas taux au sein de l’Union européenne des Quinze.

Rapport sur la Sécurité Sociale : la Cour des comptes se trompe encore de cible

Dans son rapport annuel sur la Sécurité Sociale publié aujourd’hui, la Cour des comptes a trouvé dans la médecine spécialisée libérale le coupable idéal de la hausse des dépenses d’assurance maladie et des inégalités d’accès aux soins.