CSMF Actu du 8 mars 2019

CSMF Actu du 08 mars 2019

Grand Débat National : DERNIERS JOURS pour répondre au questionnaire de la CSMF !

Jusqu’au 13 mars inclus, la CSMF invite la profession à répondre à un questionnaire en ligne dans le cadre du Grand Débat National. Il est important que chaque médecin libéral puisse s’exprimer quant à un meilleur accès aux soins dans les territoires et l’organisation de notre système de santé. Ces contributions feront l’objet d’une synthèse, qui sera restituée lors d’un numéro spécial du magazine Univers Médecins le mercredi 27 mars prochain, dans un « face à la presse » avec le président de la CSMF.

Répondre au questionnaire

Prescription par le pharmacien : l’opposition se généralise

La CSMF a déjà dénoncé à plusieurs reprises, à l’automne 2018 puis la semaine dernière, les propositions d’amendement qui propose de permettre aux pharmaciens de délivrer des médicaments habituellement réservés à la prescription médicale.

La CSMF dénonce cette dérive législative, qui se déroule sans concertation avec les médecins. L’opposition à l’amendement proposé par le député Thomas Mesnier dans le cadre du projet de loi de santé s’étend et est partagée par tous.

La CSMF appelle les députés à respecter les missions de chacun et à laisser les syndicats des professionnels de santé réfléchir ensemble à l’évolution de leurs contours de métier plutôt que d’imposer arbitrairement par un amendement législatif.

En savoir plus

Négociations conventionnelles : Assistants médicaux, quoi de neuf ?

La CSMF a participé le 7 mars à la séance de négociations conventionnelles sur les assistants médicaux. Si elle a obtenu quelques avancées, de nombreux points sont encore à discuter.

Toutes les spécialités pourraient accéder au dispositif, bien que certaines resteront prioritaires (médecins généralistes, pédiatres, gynécologues, rhumatologues). Mais pour la CSMF, l’exclusion des praticiens de secteur 2 reste un problème.

Les autres conditions restent pour le moment inchangées : exercice coordonné et regroupé (base de 3 médecins minimum), financement d'un assistant pour trois médecins ou d'un assistant en fonction d'un nombre de patients.

Sur ce point, la CSMF préfère que soit aussi prise en compte la notion de « patientèle desservie », pour ne pas désavantager les médecins qui ont une patientèle importante. Ceci permettrait d’aller vers un assistant pour deux médecins, voire un assistant pour un médecin. Elle exige que les indicateurs d’augmentation de patientèle soient largement revus à la baisse afin de préserver la qualité de la prise en charge.

Quant à l’enveloppe financière, la CNAM propose un forfait de 36000 euros la première année, de 27000 euros la deuxième année, puis de 21000 euros les années suivantes pour un assistant partagé entre trois médecins. Pour la CSMF, les conditions d’attribution de cette aide doivent être élargies.

Projet territorial de santé : un « machin » inutile !

Le gouvernement prévoit dans son projet de loi de santé de créer des « projets territoriaux de santé » censés réunir les projets de santé élaborés par les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) mais également ceux des établissements de soins publics comme privés, ainsi que des établissements sociaux et médico-sociaux.

La CSMF dénonce l’invention d’une nouvelle technostructure dans laquelle les médecins libéraux seront noyés et sous la coupe des Groupements hospitaliers de territoires (GHT) dirigés par l’hôpital de référence.

Le gouvernement tombe une fois de plus dans sa manie du millefeuille, et reste dans une vision bureaucratique et administrative de notre système de santé au lieu de nous permettre de nous occuper de nos patients.

La CSMF appelle l’Assemblée nationale à revoir cette partie du projet de loi de santé et a déposé des amendements afin de recentrer ce projet de loi de santé sur l’exercice médical quotidien et le service rendu aux patients.

En savoir plus

Calendrier vaccinal 2019 : ce qui change au 1er avril

Le nouveau calendrier vaccinal ne comporte pas de changements majeurs cette année, contrairement à l’an passé. Cependant, on peut noter deux points importants :

  • La fin de l’obligation du BCG pour les professionnels de santé : la vaccination ne sera plus exigée à partir du 1er avril lors de la formation ou de l'embauche de professionnels de santé et du paramédical (médecine, pharmacie, dentistes, infirmiers, PMI, laboratoires d'analyses médicales...) ainsi que pour une série de personnels (établissements accueillant des enfants de moins de 6 ans, structures d'accueil de précaires, foyers d'hébergements de migrants...). Toutefois, le médecin du travail pourra proposer le BCG aux professionnels du secteur sanitaire et social non vaccinés en fonction de l'évaluation du risque.
  • Nouveau vaccin contre les papillomavirus : « Toute nouvelle vaccination contre les papillomavirus (transmis lors de rapports sexuels, ndlr) doit être initiée avec le Gardasil 9 pour les jeunes filles, jeunes femmes et jeunes hommes (homosexuels ou bisexuels, ndlr) non antérieurement vaccinés ».

Le calendrier précise également l’arrêt de la commercialisation de certains vaccins comme le Typherix et les vaccins monovalents contre le tétanos. Il rappelle aussi que depuis le 1er janvier 2018 onze vaccinations sont obligatoires pour les enfants

En savoir plus

REPLAY - UNIVERS MEDECINS le 27 février : La fin de la liberté d’installation, la solution ?

Le 27 février dernier, la CSMF vous donnait rendez-vous pour le 18e numéro d’Univers Médecins, consacré à la liberté d’installation. Le projet de loi de santé prévoit, si nécessaire, un recours aux ordonnances pour réformer l’organisation territoriale du système de soins. Parallèlement, certains élus affichent une opposition franche à la liberté d’installation. Cette situation n’est pas sans susciter certaines inquiétudes chez les médecins libéraux.

Contraindre la liberté d’installation est-elle un remède pertinent pour faire reculer les déserts médicaux ou est-ce, au contraire, une fausse bonne solution ? Le Dr Jean-Paul Ortiz a souhaité confronter le point de vue d’un élu à celui des jeunes médecins, en invitant Jean-Pierre Door, député du Loiret, et Isabelle Riom, première vice-présidente de l’InterSyndicale Nationale des Internes (ISNI). L’équipe de tournage d’Univers Médecins est également partie à la rencontre du Dr Mickaël Riahi, médecin généraliste à Paris.

Le débat continue sur Twitter via le hashtag #UniversMédecins

(Re-)voir l’émission

La boîte à outils de l’adhérent CSMF : demandez nos guides !

Le saviez-vous ? La CSMF facilite l’exercice de ses adhérents au quotidien. Installation en libéral, retraite, emploi dans les cabinets médicaux, nomenclature, etc. : elle met à leur disposition des guides complets sur simple demande.

Consulter la liste des guides édités

Un guide vous intéresse, faites-nous en la demande.

Agenda
  • 27 mars 2019 : Univers médecins, spécial Grand Débat National, à partir de 19h30 sur Fréquence Médicale
  • 29 et 30 mars 2019 : Journées de la Fédération Française des Maisons et Pôles de Santé (FFMPS) à Dijon - Retrouvez le syndicat Les Généralistes-CSMF au stand n°15 - Programme et inscription
  • 23 mai 2019 : présentation du projet politique "Les Généralistes-CSMF" à Bordeaux à 20h00, au Novotel Bordeaux Lac, avenue Jean-Gabriel Domergue, 33 300 Bordeaux - Inscription
  • 4 au 6 avril : 13e Congrès Médecine Générale France au Palais des Congrès, Porte Maillot à Paris – Retrouvez le syndicat Les Généralistes-CSMF au stand n°46 – Programme et inscription
  • 14 et 15 juin 2019 : Les Printemps du DPC, à l’hôtel Ibis Clichy Batignolles, Paris 17 – Renseignements
  • Année 2019 : Formations ACFM « Médecins agréés pour les permis de conduire »

- Formation initiale des médecins agréés pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite

- Renouvellement d’agrément pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite

Calendrier et inscription

Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

You Tube

www.csmf.org