CSMF Actu du 8 janvier 2015

CSMF Actu du 8 janvier 2016

La CSMF vous adresse tous ses meilleurs vœux pour l’année 2016 !

La CSMF appelle à la désobéissance tarifaire

À quelques semaines du début des négociations conventionnelles, la CSMF continue son bras de fer engagé avec le gouvernement.

Parce que le tarif de la consultation de base, C ou CS, est bloqué à 23 euros depuis janvier 2011, la Confédération appelle l’ensemble des médecins libéraux à pratiquer la « désobéissance tarifaire » en utilisant largement le dépassement pour exigence (DE), variable en fonction des actes et de la situation du patient.

Pour informer votre patientèle, téléchargez notre affiche dédiée ICI.

Suite à sa grande enquête, l’UNOF-CSMF appelle les généralistes à la désobéissance tarifaire

Après avoir sondé les médecins généralistes sur l’éventualité d’un mouvement tarifaire en décembre dernier, l’UNOF-CSMF les invite à augmenter unilatéralement leur tarif de consultation à au moins 25 euros, en fonction de son contenu.

En effet, les résultats de cette grande enquête sont sans appel : 80% des médecins sont prêts à revaloriser le C à 25 euros au minimum, preuve du malaise et du manque de reconnaissance persistants dans la profession.

En savoir plus

Pour l’UMESPE-CSMF, la désobéissance tarifaire est une mesure de survie pour la qualité des soins et l’attractivité de la médecine libérale

Après plus de dix ans de blocage des honoraires, l’UMESPE-CSMF exhorte les médecins spécialistes à rejoindre le mouvement de la « désobéissance tarifaire ». Depuis 1997, la lettre de base de consultation du médecin spécialiste (CS) stagne à 23 euros et le tarif des actes demeure inchangé depuis 2004. Augmentation des charges, cabinets qui ne bénéficient pas des techniques les plus innovantes faute de moyens, absence de reconnaissance, etc. : ce blocage tarifaire n’est plus tolérable et jette une ombre tant sur l’avenir de la profession que sur la qualité des soins prodigués.

En savoir plus

Fraudes à l’Assurance Maladie : non à la stigmatisation systématique des médecins libéraux

Selon la Délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF), le montant des fraudes et activités fautives détectées par l’Assurance maladie s’élève, en 2014, à 203,4 millions d’euros. La CNAM a, à elle seule, repéré 196,2 millions d’euros de fraudes l’an dernier, dont 102,5 millions d’euros attribués aux professionnels de santé. Concernant les médecins, le préjudice est estimé à 7,5 millions d’euros.

Les actions nationales menées par l’Assurance Maladie à l’encontre des médecins portent le plus souvent sur les prescriptions considérées comme abusives d’arrêt de travail, l’usage jugé excessif de la mention "non substituable" (NS), et la régulation des dépassements d’honoraires jugés excessifs des médecins du secteur à honoraires libres (secteur 2).

Loin de défendre la fraude, la CSMF déplore une fois de plus la stigmatisation permanente des médecins libéraux et les généralisations abusives faites à l’encontre de la profession. Pour rappel, en 2014, moins de 1% seulement des médecins en activité ont fait l’objet d’une analyse de leur utilisation de la mention NS et d’une mise sous objectif pour leurs prescriptions d’indemnités journalières. Non, les médecins ne sont pas des fraudeurs, et cette stigmatisation faite par les caisses est insupportable.

DPC : les orientations pour 2016/18 ont été définies

Un arrêté paru le 17 décembre au Journal Officiel fixe la liste des nouvelles orientations du développement professionnel continu (DPC) pour 2016-2018.

Ces orientations nationales sont organisées en trois annexes.

L'annexe 1 s'inscrit dans le cadre de la politique nationale de santé. Ce sont 34 orientations transversales qui concernent les médecins généralistes, les médecins des autres spécialités et les autres professions de santé. Elles touchent à la prévention, la promotion de la santé, la structuration du parcours de santé, l'innovation et la sécurité des soins.

L'annexe 2 fait la liste des orientations spécifiques par professions de santé et par spécialités. Parmi les thématiques retenues pour les médecins généralistes figurent, entre autres, l'élaboration et le suivi d'un projet de santé et de soins partagé pour les polypathologies des personnes âgées, le surpoids et l'obésité de l'enfant et de l'adulte, le suivi de la grossesse, ou encore le risque cardiovasculaire. Pour les autres spécialistes : la prescription raisonnée des examens complémentaires en cardiologie, les nouvelles technologies dans la pratique quotidienne en dermatologie ou encore la prise en charge multidisciplinaire du diabète de type 1 et 2 sont des exemples de thèmes proposés.

L'annexe 3 concerne le service de santé des armées, la médecine de guerre et de catastrophe, actualité oblige...

Consulter les programmes de formation

Agenda

• 11 février 2016 : Assises de la Médecine Libérale

• Février 2016 : début des négociations conventionnelles

Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

Nos communiqués de presse

INTERFIMO

SCAMED