CSMF Actu du 29 juin 2018

CSMF Actu du 29 juin 2018

REPLAY - UNIVERS MEDECINS : accord CSMF-Klesia sur la prévention

L’émission d’Univers Médecins diffusée le 27 juin sur le site de Fréquence M a été consacrée à la prévention. A l’heure des objectifs annoncés par Agnès Buzyn, Ministre de la Santé, dans la Stratégie Nationale de Santé, la CSMF et le groupe de protection sociale Klesia ont signé un accord de collaboration pour faire de la prévention dans un cadre professionnel. Lancé dans un premier temps auprès des salariés non cadres de la branche Transport, le dispositif permettra la prise en charge d’une consultation prévention et d’un suivi spécifique qui pourra s’étendre à d’autres branches professionnelles.

Interrogé par l’équipe d’Univers Médecins, le Dr Alain Leclerc, dans le Val-de-Marne, explique parfaitement le contenu de cette consultation. Pour en parler sur le plateau, Jean-Paul Ortiz a reçu Christian Schmidt de la Brélie, directeur général de Klesia, et Stéphane Landais, secrétaire général de la CSMF.

(Re)voir l’émission

Arrêts de travail : il est urgent de soigner la souffrance au travail

Les médias ont largement relayé cette semaine la hausse des dépenses d'indemnités journalières (IJ), qui s’est particulièrement accélérée ces six derniers mois. Et la CSMF a dû monter au créneau pour défendre les médecins, encore trop souvent accusés de délivrer des arrêts maladie de complaisance.

L’augmentation de la masse salariale et l’âge de la retraite à 62 ans font gonfler mécaniquement le nombre et la durée des arrêts maladie. Surtout, les deux principales causes d’arrêts de travail sont les troubles musculo-squelettiques et les syndromes dépressifs, provoqués par une pression accrue dans le monde du travail.

La CNAM a tenté de faire diminuer les IJ, sans grand résultat semble-t-il. De fait, les médecins ne peuvent être les seuls à tenter de soulager la souffrance au travail. Les entreprises ont aussi un rôle primordial à jouer dans l’amélioration des conditions de travail de leurs salariés.

En savoir plus

Vers la fin de la médecine spécialisée libérale de proximité ?

Les Spé-CSMF déplorent que, pour la première fois, les revenus de la médecine de spécialités sont globalement en baisse pour une majorité des médecins spécialistes, autres que les médecins généralistes.

Ces chiffres reflètent l’absence de considération des pouvoirs publics vis-à-vis de l’ensemble des spécialités médicales, médicotechniques et chirurgicales.

La France a un atout essentiel par rapport à beaucoup d’autres pays : des médecins spécialistes libéraux accessibles et répartis sur l’ensemble du territoire. Mais pour combien de temps encore ?

Comment justifier des niveaux de revenus aussi faibles pour certaines spécialités comme l’endocrinologie, la pédiatrie ou la psychiatrie, qui ont nécessité tant d’années d’investissement, d’études et de formation (au minimum 10 ans) ?

Ces chiffres doivent nous interpeller sur les causes du désintérêt des jeunes pour le secteur libéral et sur les solutions pour leur redonner le goût de réinvestir cet exercice.

En savoir plus

Déontologie et e-communication : l’UNAMEP salue une évolution attendue et salutaire

L’UNAMEP a accueilli favorablement la préconisation du Conseil d’Etat de revoir les conditions de publicité faite par les professionnels de santé.

Cette proposition de réforme permet de suivre les recommandations émises par la commission européenne, et surtout de mettre fin aux poursuites disciplinaires intempestives contre les médecins libéraux français à exercice particulier qui ont simplement voulu délivrer à leurs patients une information la plus loyale possible sur leur savoir-faire.

L’UNAMEP réclame des règles de communication et d’information identiques pour tous les médecins pour éviter toute forme de concurrence déloyale.

En savoir plus

Le Snof défend une « filière visuelle au service de la santé des Français »

Lors d’une conférence de presse vendredi dernier, le Syndicat national des ophtalmologistes de France (Snof) a salué les dernières avancées en matière d'ophtalmologie, notamment le reste à charge zéro en optique et l'accélération de la délégation de tâches.

Le Snof s’est engagé dans la réforme sur le reste à charge zéro en optique avec un souci de cohérence avec les besoins en soins visuels des Français et les spécificités médicales. Mais pour son président, Thierry Bour, « la partie » n'est « pas finie ». La Haute autorité de santé (HAS) et le Haut conseil des professions paramédicales (HCPP), le gouvernement et la présidence de la République doivent encore donner leur avis. Il reste aussi à discuter avec les complémentaires santé.

Le Snof a aussi démontré que la délégation de tâches en cabinet s'accélérait. Dans une enquête menée auprès de ses adhérents du 1er janvier au 7 juin 2018 (1.690 ophtalmologistes ont répondu, dont 40,2% de secteur 1, 59,8% de secteur 2, 41% de femmes et 59% d'hommes), 60% des ophtalmologistes indiquent pratiquer le travail aidé majoritairement avec les orthoptistes, contre 30% en 2015.

Le Snof a également évoqué trois nouveaux protocoles organisationnels qui vont se mettre en place cette année pour faciliter le parcours de soins des patients.

En savoir plus

PLFSS 2019 : l'Assurance Maladie vise plus de 2 milliards d'euros d'économies

Comme chaque année, l’Assurance Maladie dévoile ses pistes pour faire des économies et utilise pour le cru 2019 la même recette : moins d'hospitalisations, de prescriptions et de fraudes. Elle espère ainsi réduire les dépenses d’un peu plus de 2 milliards d'euros.

La Cnam met l’accent sur la « pertinence » des soins, une des priorités du gouvernement pour transformer le système de santé, avec un objectif d'économies relevé de 510 à 655 millions d'euros, notamment sur le transport sanitaire (ambulances et taxis) et certains actes techniques (biologie et imagerie). Elle suggère aussi de lier certains paiements au respect de critères de qualité, comme les règles de prescription des antidépresseurs ou un nombre minimum par établissement d'opérations chirurgicales de cancers du sein et de l'ovaire.

L’objectif de ces mesures est de limiter la progression des dépenses de l’Assurance Maladie à 2,3% en 2019, conformément aux prévisions du gouvernement.

Cotisations prévoyance des salariés des cabinets médicaux au 1er juillet

Les réserves des comptes du régime de prévoyance du personnel des cabinets médicaux étant en nette diminution, un avenant a été signé par l’ensemble des organisations de salariés et d’employeurs afin de supprimer le taux d’appel des cotisations. Le taux d’appel permettait de cotiser à un taux moins important que la cotisation fixée initialement par accord. On en revient donc à un taux plein de cotisations dès le 1er juillet 2018.

Consulter l’avenant

Agenda
  • 14, 15, 16 septembre 2018 : 24e Université d’été de la CSMF, « Pertinence, trouver le bon cap »
  • 26 septembre, à 19h30 : Univers Médecins, l'émission TV de la CSMF en direct
  • Soirées CSMF « La traçabilité des informations médicales : savoir se protéger » à 19h30, le 26 septembre à Mulhouse, le 2 octobre à Woippy, le 17 octobre à Lille, le 24 octobre à Toulouse, le 22 novembre à Nancy - Programme et inscription
  • 17 novembre 2018 : 2e Etats généraux de la médecine spécialisée, « Pertinence/Expertise pour une meilleure efficacité des prises en charge sur tous les territoires » - Maison de la Chimie, Paris
  • 30 novembre et 1er décembre 2018 : Les Automnales du DPC à Paris
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

www.csmf.org

INTERFIMO