CSMF Actu du 27 septembre

CSMF Actu du 27 septembre 2019

Consultations obligatoires de l’enfant : non aux décisions unilatérales de l’Assurance Maladie !

L’Assurance Maladie vient de décider dans son coin de modifier le codage des consultations obligatoires de l’enfant et en profite pour imposer le tiers payant. Et les nouveaux codages interdisent tout dépassement d’honoraires.

Voilà une façon administrative et détournée, qui plus est unilatérale et sans concertation, d’imposer le tiers payant, en particulier aux pédiatres sur une partie importante de leur activité, d’empêcher tout complément d’honoraires pour les médecins exerçant en secteur 2, et d’alourdir encore la dérive administrative du médecin libéral par un codage complexe. Pour des consultations complexes voire très complexes qui devraient être bien mieux valorisées !

La CSMF exige une suspension et une discussion conventionnelle avec l’Assurance Maladie sur ces dispositions qui concernent tous les médecins qui assurent le suivi des enfants.

Lire le communiqué de la CSMF

Lire le communiqué du SNPF

REPLAY - Univers Médecins : Réforme des études, le regard des jeunes médecins

Le dernier numéro d’Univers Médecins, diffusé le 25 septembre, s’est intéressé à l’un des sujets qui est au cœur de la loi de transformation du système de santé : la réforme des études de médecine.

Au-delà de sa mesure phare, la suppression du numerus clausus qui aura pour effet d’augmenter le nombre d'étudiants en médecine et donc à terme le nombre de médecins dans un contexte de démographie médicale tendue, elle a pour objectif de mieux préparer les soignants aux besoins du système de santé de demain. Quelles sont les conséquences pour les futurs médecins ? Qu’est-ce qui va changer ? Comment est perçue la réforme du 3e cycle mise en œuvre en 2017 ?

Toutes ces questions ont été abordées par Jean-Paul Ortiz et ses invités : Romain Levesy, premier vice-président de l’ANEMF (Association nationale des étudiants en médecine de France), Pierre Guillet, premier vice-président de l’ISNAR-IMG (InterSyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale) et Antoine Reydellet, président de l’ISNI (Intersyndicale nationale des internes).

Pour réagir à l’émission sur Twitter : #UniversMédecins

(Re)voir l’émission

81% des médecins libéraux ont déjà renoncé à un arrêt de travail

Selon un sondage de l’Ifop pour la Mutuelle du Médecin, 8 médecins sur 10 ont déjà renoncé à un arrêt de travail. Interrogée par le journal 20 Minutes, le Dr Julie Caron, secrétaire générale des Généralistes-CSMF, corrobore ces résultats : « Quand on est médecin, on va toujours au bout de soi-même. On ne s’applique pas ce qu’on promeut après des patients : pour certaines pathologies, il faut un arrêt de travail ».

Les causes de ces renoncements sont multiples : conscience professionnelle, refus d'abandonner la patientèle, raisons financières, difficulté à trouver un remplaçant… « Notre métier, c’est de prendre en charge les autres, savoir les arrêter à bon escient. Mais un médecin aura du mal à demander de l’aide pour lui-même. Et ce par pudeur, par manque de temps et par conscience professionnelle », explique le Dr Julie Caron.

Alors que faire ? Si certaines mesures vont dans le bon sens, comme la prise en charge du congé maternité pour les femmes médecins, il reste encore beaucoup à faire pour que les médecins libéraux prennent soin de leur santé, comme modifier la règle des 90 jours de carence en cas d'arrêt de travail ou mettre en place des dépistages réguliers au sein de la communauté médicale.

Lire l'article de 20 Minutes

Biologie médicale : plus de 90% des laboratoires en grève

Le mouvement lancé depuis lundi par plusieurs organisations, dont le Syndicat des jeunes biologistes médicaux (SJBM), le Syndicat national des médecins biologistes (SNMB) et le Syndicat des biologistes (SDB) est très suivi : plus de 90% des laboratoires sont en grève.

La CSMF et d’autres organisations comme la FNMR (Fédération nationale des médecins radiologues) soutiennent les biologistes dans leur combat contre des réductions budgétaires qui menacent directement la pérennité de leur activité. L’Assurance Maladie entend baisser les tarifs de biologie pour économiser 170 millions d’euros avant même de débuter la négociation conventionnelle.

Les biologistes médicaux ont aussi mis en place une pétition demandant à la ministre de la santé de mettre un terme à la « pression tarifaire ». Elle sera présentée au directeur de l’Assurance Maladie lors de la prochaine séance de négociation le 1er octobre. S’ils n’obtiennent pas d’avancées, les biologistes médicaux n’excluent pas de reconduire la grève, partielle ou totale.

Lire le communiqué de la CSMF

Lire le communiqué de la FNMR

Signer la pétition

Rétrospective Université d’été de la CSMF : Jean-Paul Ortiz appelle au rassemblement pour sauver la médecine libérale

Attaques répétées contre la profession, réforme des retraites, pacte de refondation des urgences… A l’occasion de la 25e Université d’été de la CSMF, Jean-Paul Ortiz a répondu aux questions du CRAPS (Club de réflexion sur l’avenir de la protection sociale) sur les sujets brûlants de la rentrée.

Pour contrer les « pressions » que subit la profession, la CSMF appelle au rassemblement de la profession et c’est pourquoi elle a, pour la première fois lors d’une Université d’été, réuni l’ensemble des représentants des syndicats représentatifs seniors et juniors.

Le président de la CSMF rappelle aussi dans cette vidéo le rôle des médecins libéraux dans la prise en charge des soins non programmés et leurs lignes rouges à ne pas dépasser concernant la réforme des retraites.

Voir la vidéo du CRAPS

Les Français favorables à la délégation de tâches

Un sondage Ipsos réalisé pour la Convention on Health Analysis and Management (CHAM) dans cinq pays européens (France, Allemagne, Italie, Suède et Portugal), révèle que 82% des Français seraient prêt à accepter qu’un infirmier prescrive « des analyses médicales et des radiographies ». Les ressortissants des cinq pays ne le sont en moyenne qu’à 70%, et seulement 56% en Allemagne ou en Italie.

74% des Français interrogés pourraient également suivre un traitement médical prescrit par un infirmier, pour « des soins courants ». Plus de la moitié (57%) pensent même que les « petits gestes chirurgicaux », comme les points de suture, pourraient être réalisés par un infirmier sans la confirmation d'un médecin, soit 7% de plus que pour l'ensemble des sondés.

Si la CSMF est favorable à la délégation de certaines tâches par les médecins vers d’autres professionnels de santé, elle estime indispensable qu’elle se décide avec l’accord des médecins et en concertation avec l’ensemble des professionnels de santé concernés. Il n’est pas du rôle des instances politiques, ou de l’Assurance Maladie, de définir les contours des métiers des médecins et des autres professionnels de santé.

Agenda
  • 30 octobre : Univers Médecins, à 19h30, sur le site de Fréquence Médicale
  • 22 et 23 novembre : 3es Etats Généraux de la Médecine Spécialisée - Programme et inscription
  • 29 et 30 novembre 2019 : Les Automnales du DPC à Paris
  • Second semestre 2019 : Formations « retraite » ACFM, à partir de 19h30

10 octobre à La Rochelle

16 octobre à Paris

13 novembre à Lille

14 novembre à Marseille

5 décembre à Lyon

Renseignements et inscriptions : 01 43 18 88 26 – contact@evolutisdpc.fr

  • Année 2019 : Formations ACFM « Médecins agréés pour les permis de conduire » : Formation initiale des médecins agréés pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite / Renouvellement d’agrément pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite - Calendrier et inscription
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

You Tube

www.csmf.org