CSMF Actu du 27 octobre 2017

CSMF Actu du 27 octobre 2017

Mort du TPG : une victoire pour la CSMF

La ministre de la santé Agnès Buzyn a annoncé dimanche 22 octobre que l'engagement du Président de la République de rendre le tiers payant « généralisable », et non généralisé, serait tenu. Le gouvernement a déposé jeudi un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 supprimant l'obligation pour les professionnels de santé exerçant en ville d'appliquer le tiers payant à l'ensemble des assurés à compter du 30 novembre 2017.

Le tiers payant restera donc possible mais ne deviendra pas obligatoire. La CSMF a toujours dit NON au tiers payant généralisé, OUI à un tiers payant social pour les populations défavorisées, et au-delà, laissé à l'appréciation du médecin.

L’opposition ferme et déterminée de la CSMF à la politique de Marisol Touraine, qui s’est traduite par le refus du tiers payant généralisé et par celui de signer la convention, a porté ses fruits. Elle se félicite donc de la décision du gouvernement : c’est un premier pas pour retrouver la confiance et ouvrir un dialogue constructif avec les médecins libéraux.

En savoir plus

REPLAY PLANETE MEDECINS : la retraite du médecin libéral

A l’heure où les médecins sont encouragés à travailler plus longtemps, la retraite est souvent un thème mal connu. Les jeunes générations doivent s’y intéresser, les plus proches de ce moment y prêtent forcément une grande attention. Quels sont ses droits, quelles sont les démarches et comment bien anticiper sa retraite ?

Le Dr Ortiz et ses invités, les Drs Stéphane Landais, expert du dossier retraite à la CSMF, et Yannick Frézet, président de la CSMF Jeunes Médecins, ont répondu à toutes ces questions lors du 4e numéro du Planète Médecins, diffusé le 25 septembre sur le site de Fréquence M.

Retrouvez aussi les témoignages du Dr Gérald Galliot, médecin généraliste en cumul emploi-retraite à Jouy (28), et du Dr George Siavellis, médecin généraliste à Noisy-le-Sec (93) prochainement à la retraite.

(Re-)voir l’émission « Quelle retraite pour le médecin libéral ? »

Santé dans les DOM : des injustices persistent

À l’occasion du voyage du Président de la République en Guyane, la CSMF appelle les autorités sanitaires à prendre les dispositions nécessaires au rétablissement d’une équité dans les départements d’outre-mer.

Alors que la tarification hospitalière fait déjà l’objet d’une valorisation supplémentaire dans chaque départements d’outre-mer et que les tarifs de consultation ont été revalorisés (coefficient supplémentaire de 20% sur l’ensemble des DOM), les actes techniques effectués par les médecins spécialistes, mais aussi généralistes (électrocardiogramme, échocardiographie, fibroscopie, actes chirurgicaux, actes de radiologie, etc), ne font l’objet d’aucune tarification particulière.

Le résultat est celui d’une désertification en médecins spécialistes très importante. Ceci se traduit par des transferts de patients en évacuation sanitaire, très coûteux pour la collectivité et incompatibles avec la qualité des soins à laquelle tout Français a droit.

En savoir plus

Télémédecine : des négociations conventionnelles lancées en décembre

Le directeur général de l'Assurance-maladie Nicolas Revel a annoncé mercredi vouloir ouvrir en décembre les négociations avec les syndicats représentatifs autour de la téléconsultation et de la télé-expertise, une mesure du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2018.

Nicolas Revel a d'abord l'intention de discuter avec les médecins libéraux, avant d’envisager les discussions sur la télémédecine avec les autres professions de santé. Ces négociations devront déboucher sur la prise en charge de la téléconsultation et de la télé-expertise. Présentée comme un moyen d’améliorer l’accès aux soins dans les territoires, la télémédecine occupe une large part du plan d’accès aux soins présenté par le Premier ministre le 13 octobre.

Tarifs des consultations : ce qui change au 1er novembre

La convention médicale du 25 août 2016 prévoit une hiérarchisation des actes en quatre niveaux pour mieux prendre en compte le temps que doit consacrer le médecin à certaines situations médicales. Les tarifs des consultations de niveaux 3 et 4 entrent en vigueur au 1er novembre 2017.

Trois consultations complexes à 46 € (niveau 3) sont créées : première consultation de contraception, consultation de suivi et de coordination de la prise en charge de l’obésité des enfants de 3 à 12 ans, consultation complexe du nouveau-né nécessitant un suivi spécifique entre la sortie de maternité et le 28e jour.

Parmi les consultations très complexes (niveau 4) tarifées à 60 euros, il y a notamment la consultation initiale d’information et de mise en place d’une stratégie thérapeutique pour les patients atteints de cancer, la consultation initiale en cas de malformation congénitale ou de maladie grave du fœtus diagnostiquée en anténatal, ou encore les consultations de préparation de greffes rénales.

Un certain nombre de majorations à 16 € et à 30 € permettent de rémunérer les consultations complexes et très complexes en fonction des spécialités.

En savoir plus sur les nouveaux tarifs par spécialité

Qualité et accès aux soins : les Français satisfaits de leurs médecins

La Drees vient de publier son Baromètre d’opinion sur la santé, les inégalités et la protection sociale. L’enquête 2017 révèle que les Français restent attachés à leurs médecins et au système de santé. 78% pensent que la branche maladie est le champ de la protection sociale qui doit bénéficier à tous.

88% sont satisfaits de la qualité des soins offerts par les médecins généralistes, et 81% par les médecins spécialistes. Cependant, près d’un tiers des Français estiment rencontrer des problèmes d’accès à un médecin généraliste et 47% partagent cette idée à propos des médecins spécialistes.

Au-delà des disparités territoriales, les personnes en mauvaise santé ou en difficultés financières sont plus critiques sur l’accès et la qualité des soins. Elles sont aussi plus méfiantes vis-à-vis des informations délivrées par les médecins.

En savoir plus

Revenu des médecins libéraux en 2016 : un mauvais cru

Selon le bilan fiscal des AGA (réseau des ARAPL), onze spécialités ont enregistré une baisse de revenus l'an dernier. La chute du bénéfice est marquée pour certaines disciplines comme les néphrologues (-9,6 %), les cardiologues (-4 %) ou les rhumatologues (-3,5 %).

Les quelques 13 000 généralistes affiliés aux AGA de l'UNAPL affichent un bénéfice 2016 de 88 700 euros, soit très exactement le même montant qu'en 2015. Un résultat proche de celui des gynécologues obstétriciens mais devant les dermatologues, psychiatres, gynécologues, pédiatres et endocrinologues.

Ces baisses de revenus s’expliquent par une stagnation de l'inflation (+0,2 % en 2016 selon l'INSEE) et par une hausse des charges, en particulier les charges sociales personnelles. Dans le cas des néphrologues par exemple, pour le Dr Patrick Gasser, président de l’UMESPE-CSMF, « ce résultat s'explique notamment par le transfert de patients lourds passés dans des unités de dialyse de plus petite taille avec des coûts facturés à l'assurance-maladie moins importants ».

Agenda
  • Samedi 25 novembre : Etats Généraux de la Médecine Spécialisée, organisés par l’UMESPE-CSMF – Maison de la Chimie, 28 rue Saint-Dominique, 75 007 Paris – Inscription
  • Mercredi 29 novembre : Soirée CSMF « gestion du cabinet médical, de l’installation à la retraite » à Toulouse, URPS - 33 route de Bayonne 31300 Toulouse – Inscription et programme
  • Mercredi 13 décembre : Soirée CSMF « gestion du cabinet médical, de l’installation à la retraite » à Bordeaux, Hôtel Kyriad Prestige – 116 avenue de Magudas 33700 Merignac (plan d’accès) – Inscription et programme
  • 1er et 2 décembre : Les Automnales du DPC au Novotel Paris Est, 1 avenue de la République, à Bagnolet
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

www.csmf.org

INTERFIMO