CSMF Actu du 25 novembre 2016

CSMF Actu du 25 novembre 2016

Fillon, Juppé : au banc d'essai du New Deal de la CSMF

Les médecins pensent souvent, à tort, que la santé, leur priorité, est aussi une priorité pour les responsables politiques, comme elle l’est pour les Français. Malheureusement, il n’en est rien. Forte de cette expérience, la CSMF a décidé de changer de stratégie en essayant de mettre la santé au cœur du débat présidentiel. Elle a formalisé son NEW DEAL qu’elle propose à l’ensemble des candidats à la présidentielle et leur demande de se positionner face à ce projet et, en règle générale, pour l’avenir de la médecine libérale.

À quelques jours du second tour des primaires organisées par Les Républicains, Le Médecin de France, journal de la CSMF, a adressé huit questions à François Fillon et Alain Juppé, en rapport avec le New Deal.

En savoir plus

Journée « santé morte » dans la Vienne : plus de 200 médecins rassemblés pour soutenir leur consœur agressée

Les médecins de la Vienne se sont fortement mobilisés mardi à l’occasion de la journée « santé morte » organisée dans le département à la suite de l’agression du Dr Corinne Joyeux le 28 octobre dernier à Châtellerault. La plupart des médecins de la commune ont fermé leur cabinet pour participer au rassemblement qui, au final, a rassemblé 200 personnes.

Les représentants des médecins, dont les Dr Béatrice Fazilleaud, vice-présidente de la CSMF, Luc Duquesnel, président de Les Généralistes CSMF, Philippe Boutin, vice-président CSMF de l'URPS Nouvelle-Aquitaine, ont ensuite manifesté devant la sous-préfecture, où ils ont été reçus. Le préfet les a assurés de son soutien et a affirmé que les autorisations nécessaires à la mise en place de caméras de surveillance seraient rapidement accordées pour les médecins qui en feront la demande.

Un rassemblement a également eu lieu à Poitiers, la préfecture du département. Au niveau national, le président du CNOM devrait être prochainement reçu par le ministre de l’Intérieur. La CSMF a interpellé le gouvernement et le président sur la problématique.

Augmentation du numerus clausus : encore une mauvaise solution

Suite au rejet de la proposition de loi de Philippe Vigier (UDI) qui voulait mettre fin à la liberté d’installation, la ministre de la santé a annoncé l’augmentation de 11% du numerus clausus, soit 478 places supplémentaires dans 22 facultés.

La CSMF dénonce cette mesure qui ne résoudra aucun problème actuel. Seulement 19% des étudiants en moyenne accèdent à la deuxième année d’études de médecine et le contournement du numerus clausus en faisant le 1er et 2e cycle dans une faculté étrangère est de plus en plus courant.

Le vrai problème est ailleurs : pourquoi la médecine libérale attire si peu ? Alors que La France n’a jamais compté autant de médecins, l’installation en libéral a lieu en moyenne à 38 ans. La CSMF regrette un effet d’annonce médiatique et appelle l’ensemble des acteurs à une réflexion globale sur le principe de numerus clausus et sur la formation initiale des médecins.

En savoir plus

L’U.ME.SPE.-CSMF conteste l’impact financier supposé de la convention. Une disparition programmée des médecins spécialistes libéraux !

L’U.ME.SPE.-CSMF n’a pas manqué de réagir aux annonces de la CNAM qui clame haut et fort que tous les médecins verront une augmentation substantielle de leur chiffre d’affaires, entre 3 000 et 16 000 euros… qui ne se concrétiseraient au mieux qu’à la fin 2019, après plus de quinze ans de blocage de la valeur de l’acte médical !

Non seulement les montants annoncés sont soumis aux aléas de l’ONDAM et à l’augmentation des charges financières, mais ces chiffres sont le résultat de manipulations de données qui sont loin de refléter la réalité.

En attendant, voici la réalité : les chiffres d’affaires de certaines spécialités médicales ont nettement diminué en 2015, d’après le rapport de la CARMF. Les spécialités cliniques sont les premières touchées avec des chiffres d’affaires qui baissent de -4,43% pour la pédiatrie et -5,55% pour la gynécologie. L’U.ME.SPE.-CSMF interpelle les candidats à l’élection présidentielle : laisseront-ils disparaître les médecins spécialistes libéraux ?

En savoir plus

Prévention : reconnaître et valoriser le rôle majeur des médecins libéraux

Dans le dernier « Panorama de la santé en Europe » de l’OCDE, la France reste dans le peloton de tête en matière d’espérance de vie, grâce à la qualité de la prise en charge des patients et de l’engagement de tous les professionnels de santé, en particulier des médecins libéraux.

Cependant, la prévention est le parent pauvre de notre système de santé, essentiellement orienté vers le curatif. La CSMF demande aux pouvoirs publics de renforcer la politique vaccinale avec des choix cohérents, de mieux structurer la prévention et de créer de véritables consultations de prévention, comme elle l’avait proposé lors des négociations conventionnelles.

La prévention doit se faire à toutes les grandes étapes de la vie et s’organiser autour du médecin traitant. Elle doit faire l’objet d’un engagement fort des pouvoirs publics en s’appuyant largement sur les médecins libéraux.

En savoir plus

Flash actu droit / Cotisation foncière des entreprises : avis d’imposition en ligne

Attention, à partir de cette année, les avis d’imposition à la CFE ne sont plus envoyés par voie postale et sont désormais uniquement consultables en ligne.

L’avis d’imposition à la CFE de chaque redevable est désormais uniquement accessible sur son espace professionnel du site impots.gouv.fr. Les professionnels qui ne disposent pas encore d’un tel espace doivent en créer un en suivant la procédure habituelle (cliquer sur le pavé « Votre espace professionnel » du site impots.gouv.fr).

Afin de respecter l’échéance de paiement (15 décembre 2016 minuit), nous vous conseillons d’anticiper les délais nécessaires pour créer et activer votre espace professionnel. Pour rappel, la CFE est due au 15 décembre de chaque année. Un acompte doit être acquitté le 15 juin par les entreprises soumises au titre de l’année précédente à une CFE d’un montant égal ou supérieur à 3 000 euros.

Agenda
  • 28 et 29 novembre : Nouvel examen en séance publique du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale à l’Assemblée nationale

  • 29 novembre : Colloque « Soigner les Professionnels de Santé vulnérables » à l’École du Val-de-Grâce – Programme et inscription

  • 1er décembre : Nouvel examen en séance publique du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale au Sénat

  • 2 décembre : 24e congrès national des professions libérales (UNAPL)

  • 5 décembre : Lecture définitive du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale à l’Assemblée nationale

    Suivez toute l’actu de la CSMF

    Facebook

    Twitter

    www.csmf.org

    INTERFIMO

    SCAMED