CSMF Actu du 20 novembre 2015

CSMF Actu du 20 novembre 2015

Attentats du 13 novembre à Paris : une mobilisation exceptionnelle des professionnels de santé

La CSMF salue l’implication et le professionnalisme des médecins hospitaliers, des équipes du SAMU, mais aussi des médecins libéraux se trouvant sur place qui ont spontanément porté les premiers secours lors des dramatiques attentats survenus à Paris le 13 novembre.

Tous les professionnels de santé, y compris les médecins libéraux qui ont renforcé les dispositifs de PDS durant ce weekend tragique, ont montré un engagement et une mobilisation exceptionnels lors de ces événements dramatiques et gravissimes.

La CSMF rend aussi hommage au Dr Stella Verry, 37 ans, médecin généraliste libéral exerçant dans un pôle de santé dans le 19e arrondissement de Paris, qui fait partie des victimes et s’associe à la douleur de sa famille et de ses proches.

Attentats du 13 novembre à Paris : arrêt immédiat de tout mouvement de grève

La CSMF a appelé à cesser immédiatement tout mouvement de grève sur les réseaux sociaux dès le début des terribles événements se déroulant à Paris. Tous les syndicats médicaux libéraux ont aussitôt demandé à l'ensemble des médecins de cesser toute action de grève des soins dans l'ensemble du pays et de se rendre disponibles autant que de besoin. De tels événements imposent l'unité du pays et la mobilisation de tous pour garantir les soins et la sécurité à l'ensemble de la population. La solidarité des médecins libéraux avec les pouvoirs publics, la population, les autres soignants, et en particulier leurs collègues hospitaliers a été totale.

Lire le communiqué de la CSMF

Report de l’examen du projet de loi de santé : la CSMF continuera à se battre jusqu’au bout

L'examen en nouvelle lecture du projet de loi de santé à l'Assemblée nationale a été repoussé, pour la troisième fois, au début de la semaine prochaine. La ministre a expliqué sa décision par la volonté de « nombreux parlementaires » de participer à des hommages aux victimes des attentats du 13 novembre dans leur circonscription. Initialement le projet devait être examiné lundi, avant d'être reporté à mardi pour cause de Congrès, puis à jeudi. Il devrait être finalement examiné à partir du mardi 24 novembre au soir.

Après avoir décidé de suspendre son mouvement de grève, par respect dû aux victimes des attentats, à leurs familles, à leurs proches, la CSMF s’est abstenue de toute communication pendant la période de deuil national. La vie politique reprenant son cours, la CSMF continue à se battre contre cet aveuglement gouvernemental et maintient son appel à la désobéissance civile.

PLFSS 2016 : retour à la case départ…

Après l’échec de la Commission mixte paritaire le 17 novembre, la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a examiné le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 en deuxième lecture cette semaine. Sans surprise, elle a rétabli le texte adopté par l’Assemblée en première lecture et supprimé les dispositions introduites par le Sénat.

La CSMF reste convaincue que ce projet de loi ne répond pas aux enjeux et objectifs que la ministre de la santé prétend donner pour atteindre l’équilibre des comptes sociaux. Elle déplore aussi que l’ONDAM 2016 pour les soins de ville ne donne pas les moyens à la médecine libérale d’assurer les missions qu’on veut lui confier.

Le texte sera à nouveau examiné en séance publique à l’Assemblée nationale à partir du 23 novembre.

De sondage en sondage : l’opinion publique existe-t-elle ?

Selon une enquête du Quotidien du Médecin, réalisée en ligne du 9 au 15 novembre 2015 auprès de 845 professionnels de santé et publiée le 18 novembre, 70,6% des personnes interrogées estiment qu’il faut défendre à tout prix la liberté d’installation. Ces résultats confirment la position de la CSMF qui, en septembre dernier, a été la seule à réagir suite à la proposition de Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, sur le conventionnement sélectif pour les médecins libéraux. La CSMF défendra toujours la liberté d’installation des médecins libéraux, corollaire de la liberté des patients de choisir leur médecin.

Un autre sondage paru cette semaine dans les médias (Odoxa pour Les Echos et Radio Classique notamment) montre que le tiers payant généralisé semble accepté, et même plébiscité, par une large part des Français. En même temps, l’étude fait aussi apparaître que les Français soutiennent largement leurs médecins et comprennent leur opposition au projet de loi de santé.

Paradoxe d’opinion ou incompréhension ?

Voir les résultats du sondage du Quotidien du Médecin

Lire l’article des Echos

Vers une « uberisation » de la santé ?

Beaucoup d’experts se demandent si la santé ne va pas céder à la tendance de « l’uberisation ». Ce concept très en vogue en ce moment désigne les nouvelles façons d’exercer un métier, en dehors du cadre social et économique habituel. La médecine reste un domaine réglementé, dans l’accession et l’exercice de la profession d’une part, le financement socialisé des soins et le rôle de la Sécurité Sociale d’autre part. L’organisation du système de santé en France le protège donc d’une véritable « ubérisation », même s’il va connaître d’importants bouleversements dans les prochaines années du fait de la numérisation des données, de la télémédecine ou des objets connectés.

Lire l’article du Généraliste

Agenda

à partir du 23 novembre : deuxième lecture du PLFSS 2016 à l’Assemblée nationale

à partir du 24 novembre : nouvelle lecture du projet de loi de santé à l’Assemblée nationale

11 février 2016 : Assises de la Médecine Libérale

Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

Nos communiqués de presse


INTERFIMO

SCAMED