CSMF Actu du 1er décembre 2017

CSMF Actu du 1er décembre 2017

Rapport de la Cour des comptes : des « Sages » déconnectés de la réalité

Dans son rapport sur l’avenir de l’assurance maladie, la Cour des comptes dresse un catalogue d’idées saugrenues pour selon elle « assurer l’efficience des dépenses, responsabiliser les acteurs ».

La CSMF, dont les remarques préalables n’ont pas été prises en considération, dénonce les principales mesures proposées. Le conventionnement sélectif ne ferait qu’aggraver la pénurie de médecins. Comment imaginer ouvrir aussi les cabinets médicaux le soir et le week-end quand les médecins libéraux font plus de 55 heures de travail par semaine ? Pire, la Cour des comptes ressort les vieilles recettes de maitrise comptable, comme limiter le nombre d’actes réalisés et les prescriptions. Le rationnement des soins n’est pas loin.

La CSMF invite les Sages de la Cour des comptes à sortir de la rue Cambon et à se rendre sur le terrain pour mieux appréhender le quotidien des professionnels de santé.

En savoir plus

Des dépassements d’honoraires en baisse grâce à l’engagement de la CSMF

Le rapport de l’observatoire des pratiques tarifaires présenté ce mercredi par l’Assurance maladie fait état d’une baisse significative du taux moyen de dépassements d’honoraires entre 2011 et 2016, passant de 56,9% à 52,5% chez les médecins spécialistes exerçant en secteur 2. 45% des médecins de secteur 2 sont aujourd’hui signataires de l’Optam/Optam-co (62% sont des ex adhérents au contrat d’accès aux soins).

La CSMF se félicite de ces résultats : attachée à une médecine libérale et sociale, elle s’est engagée depuis longtemps dans un mécanisme qui encourage les médecins à modérer l’évolution de leurs dépassements en contrepartie d’une aide sur leurs cotisations sociales.

La CSMF encourage les médecins qui le peuvent à étudier les avantages liés au contrat d’accès aux soins, nommé aujourd’hui Optam. Elle souhaite également que ce dispositif soit amélioré et élargi afin de maintenir une offre libérale de soins de proximité, accessible pour tous les Français.

En savoir plus

A REVOIR : Planète Médecins : « Nouvelles cotations : trop complexes ? »

L’entrée en vigueur depuis le 1er novembre des nouvelles consultations « complexes » ou « très complexes » a relancé le débat sur l’application de la nomenclature. Quand et comment appliquer ces nouvelles cotations ? Comment l’expliquer aux patients ?

Le Dr Jean-Paul Ortiz et ses invités, le Dr Jean-Pierre Binon, médecin cardiologue à Desertines (Allier) et le Dr Alain Leclerc, médecin généraliste à Limeil-Brévannes (Val de Marne), ont répondu à vos questions lors du 5e numéro du Planète Médecins, diffusé le 29 novembre sur le site de Fréquence M.

Retrouvez aussi les témoignages du Dr Jean-Daniel Gradeler, médecin généraliste à St-Privat-la-Montagne (Moselle), et du Dr Claude Colas, médecin endocrinologue à Paris.

(Re)voir l’émission

Pédiatres libéraux : les oubliés du volet enfance de la stratégie nationale de santé

« Renforcer l'accès à la santé pour les enfants de 0 à 6 ans » : tel est l’objectif annoncé lundi par la ministre de la Santé Agnès Buzyn et le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, en lien avec la stratégie nationale de santé (SNS).

Alors que le pédiatre est un maillon indispensable dans le parcours de soins des enfants, le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) regrette que le volet enfance de la SNS insiste « uniquement sur le soutien à la PMI et à la médecine scolaire, sans tenir compte des complémentarités avec la pédiatrie de ville ».

Le SNPF dénonce le manque de reconnaissance du pédiatre, médecin expert de l’enfant. Il rappelle avoir transmis à la ministre de la santé dix propositions portant sur les évolutions nécessaires à apporter au suivi des enfants.

En savoir plus

Europe : l’UNAPL alerte sur les dangers de l’e-carte des services

Alors que le 25e Congrès de l’Union nationale des professions libérales (UNAPL) se tient aujourd’hui à Paris, l'organisation patronale s'inquiète du paquet « services », publié en janvier par la Commission européenne, qui comporte un projet de e-carte des services.

Cet outil, visant à améliorer la libre-circulation des services, pourrait conduire à accélérer la déréglementation des professions. Chaque pays a ses propres dispositions d'exercice professionnel, qui reposent sur une formation initiale et l'obtention d'un diplôme. Ainsi, lorsqu'un médecin veut s'installer aujourd'hui en France, il doit en faire la demande auprès du Conseil de l’Ordre des Médecins. Avec cette «e-card», délivrée par l'État d'origine, un médecin pourrait s'établir et exercer dans n'importe quel pays membre, sans aucune démarche.

L’UNAPL alerte à nouveau les services du ministère de l’Économie et des Finances sur les dérives et les risques que feraient peser un tel dispositif sur la qualité des services au public, et vient d’engager une campagne de sensibilisation auprès des eurodéputés.

En savoir plus

Prochaine soirée CSMF « Gestion du cabinet médical » en Aquitaine

Tout au long de l’année, les experts de la CSMF sillonnent les quatre coins de la France pour vous renseigner sur la gestion de votre cabinet médical, à l’occasion de soirées dédiées. Actualités fiscales, gestion administrative et comptable, mais aussi préparer l’avenir et sa retraite : vous saurez tout en participant à l’une de nos rencontres organisées en régions.

Ne manquez pas notre prochain rendez-vous, qui aura lieu le mercredi 13 décembre à Mérignac.

Programme complet et inscription en ligne

Agenda
  • Mercredi 13 décembre : Soirée CSMF « gestion du cabinet médical, de l’installation à la retraite » à Mérignac, Hôtel Kyriad Prestige – 116 avenue de Magudas 33700 Merignac (plan d’accès) – Inscription et programme
  • Mercredi 20 décembre : « Télémédecine et téléconsultations », émission de Planète Médecins, diffusée à partir de 19h30, sur le site de Fréquence M
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

www.csmf.org

INTERFIMO