CSMF Actu du 19 avril 2019

CSMF Actu du 19 avril 2019

Assistants médicaux : la négo joue les prolongations

Elle devait se terminer le 17 avril, mais faute d’accord satisfaisant, la négociation entre l’Assurance Maladie et les syndicats de médecins libéraux se poursuivra lors d’une ultime séance le 9 mai prochain.

La dernière séance a été marquée par une ouverture du directeur de la CNAM, Nicolas Revel. Quelques avancées sont à noter comme l’extension du dispositif à toutes les spécialités selon les départements, la possibilité de son renforcement dans les zones d’intervention prioritaires (où l’on se rapprocherait du ratio un assistant médical pour un médecin). Il a aussi introduit le principe d’une non-pénalisation si l’objectif d’augmentation de patientèle est atteint à 75%. Il est également d’accord pour assouplir les règles d’attribution de l’aide à l’embauche et les objectifs attendus pour les médecins atteints d’un handicap ou qui sont eux-mêmes en ALD.

Restent à régler les définitions concrètes de l’exercice coordonné car la CSMF refuse la notion d’adhésion obligatoire à une CPTS pour obtenir cet accompagnement à l’embauche d’un assistant médical.

La partie n’est donc pas terminée et le texte définitif sera soumis à l’approbation des instances de la CSMF.

Fin des négociations pour un ACI sur les CPTS : des difficultés persistent

Il n’y aura pas de séance supplémentaire en vue d’un accord cadre interprofessionnel (ACI) pour les CPTS dont le but est de faciliter l’accès aux soins, partout, pour tous les Français. Cette négociation s’est terminée hier, en présence d’une quarantaine de syndicats représentant 15 professions de santé, pour aboutir dans quelques jours à un texte finalisé qui sera soumis aux instances de la CSMF.

L’accompagnement financier des CPTS sera compris entre 175 000 et 360 000 euros annuels selon la taille de la CPTS, sur la base des missions valorisées dans cette négociation, indépendamment de l’aide issue du FIR (fonds d’initiative régionale) géré par chaque ARS.

Si l’accès aux soins est un souci majeur pour les médecins libéraux, les sommes mises en regard sont très insuffisantes en particulier pour les soins non programmés. Il est important de laisser une marge d’appréciation aux acteurs locaux pour donner de la souplesse.

UNIVERS MEDECINS le 24 avril : Record de violences contre les médecins libéraux, ça suffit !

Univers Médecins, votre émission qui décrypte l’actualité professionnelle tous les mois, revient le mercredi 24 avril à 19h30 avec un sujet qui fait malheureusement régulièrement la Une des journaux : les violences contre les médecins libéraux.

2018 est une nouvelle année noire pour les médecins : 1126 agressions ont été déclarées selon l’Observatoire de la sécurité du Conseil de l’Ordre des Médecins, soit une augmentation de 8,8% en un an !

Pour débattre de ce sujet sur lequel la CSMF alerte les pouvoirs publics depuis plusieurs années, le Dr Jean-Paul Ortiz recevra le Dr Hervé Boissin, coordonnateur de l’Observatoire de la sécurité du Conseil National de l’Ordre des Médecins, et le Dr Bertrand Legrand, secrétaire de la CSMF Nord – Pas-de-Calais, médecin généraliste à Tourcoing, victime lui-même de plusieurs agressions.

Les caméras d’Univers Médecins partiront à la rencontre du Dr Véronique Fauchier, médecin généraliste à Chartres, en Eure-et-Loir, qui analysa les conséquences pour les médecins du département de la mort du Dr Rousseau, tué par un patient dans son cabinet à Nogent-le-Rotrou il y a deux ans.

Rendez-vous mercredi 24 avril, à 19h30, sur le site de Fréquence M.
Pour réagir à l’émission sur Twitter : #UniversMédecins

En savoir plus

L’EANA : la défense des médecins libéraux en Europe

A l’approche des élections européennes, le Dr Philippe Boutin, président de l’EANA, le groupement européen des médecins libéraux, a tenu une conférence de presse ce mercredi à la CSMF, en présence du président de la Confédération, le Dr Jean-Paul Ortiz.

Fondée en 1974 par des médecins libéraux de huit pays européens, la France préside l’EANA depuis 2016 par l’intermédiaire du Dr Boutin, médecin généraliste à Poitiers et élu de la CSMF. Le but principal de l’association est de représenter les intérêts professionnels des médecins généralistes et spécialistes libéraux européens.

« L’intérêt de la structure est double », selon le Dr Boutin. « D'une part, nous réalisons des états des lieux de l'application des directives européennes en matière de santé. D'autre part, nous élaborons des recommandations sur des sujets d'actualité lors de nos réunions bi-annuelles, récemment sur la e-santé, le pluripro, les contours des métiers ». L’EANA, qui fait partie du Comité permanent des médecins européens (CPME) rattaché au Parlement de Bruxelles, joue aussi un rôle d'appui auprès des syndicats de médecins libéraux qui en font la demande lorsqu'ils sont en difficulté dans leur pays. Ce fut le cas l’année dernière des médecins de l'Association belge des syndicats médicaux (ABSyM) qui s’opposaient à leur gouvernement au sujet de l’augmentation de leurs honoraires.

La prochaine réunion aura lieu à Bratislava le 22 juin prochain et aura pour thème la recertification à l'échelon européen.

Lire l’intégralité de la note de presse

Loi de santé : les 7 propositions de la CSMF

N'en déplaise à certains députés et sénateurs, la santé, c'est un métier !

Le projet de loi de santé voté en première lecture à l’Assemblée nationale, et prochainement discuté au Sénat, comporte des dispositions qui remettent en cause les fondamentaux et les contours du métier de médecin libéral.

La CSMF met donc en garde les parlementaires contre des solutions simplistes qui nuiraient non seulement à l'avenir de la profession, mais aussi à l'accès aux soins. Voici ses 7 propositions pour redonner de l'attractivité à la médecine libérale et préserver la qualité des soins :

1/ La bureaucratie ça suffit ! Simplification administrative pour augmenter le temps médical.
2/ Donnons aux médecins libéraux les moyens d’entreprendre pour un accès aux soins pour tous.
3/ Le diagnostic et la prescription sont les prérogatives du médecin seulement.
4/ La fin du numerus clausus ne doit pas être la fin de la sélection des étudiants (gage de qualité).
5/ Valorisons l’acte en fonction de la complexité de la consultation.
6/ La recertification doit être volontaire et reconnue professionnellement.
7/ La liberté d’installation, c’est un droit inaliénable.

En savoir plus

De l’eau dans le gaz entre les patients et les médecins ?

Selon un sondage Odoxa pour la Fondation pour la prévention du risque médical (Fondapro), les relations patients-soignants ne sont pas aussi bonnes que ne le pensent les médecins.

Si, à titre individuel, les Français accordent toujours une grande confiance à leurs médecins, ils sont 4 sur 10 à avoir un avis négatif sur la relation patients-soignants. En parallèle, 92% des médecins interrogés (échantillon de 1 167 praticiens dont 50% de chirurgiens, 10% de gynécologues-obstétriciens, 38% d’anesthésistes-réanimateurs et 2% d’autres praticiens) la qualifient de bonne.

Un patient sur 5 (22%) indique avoir déjà été en situation conflictuelle avec son médecin. De leur côté, 6 praticiens sur 10 ont déjà eu peur d’être poursuivis en justice par un patient et 4 sur 10 ont peur d’être victimes de dénigrement sur les réseaux sociaux. La majorité d’entre eux (9 sur 10) estime que ces risques se sont accentués ces dernières années.

Les deux parties ne partagent également pas la même vision sur internet et les nouvelles technologies en santé. Si les patients sont nombreux à consulter internet pour s’informer sur une pathologie diagnostiquée (67%) et à utiliser des outils santé connectés (34%), 61% des médecins interrogés disent ne pas connaître les solutions d'e-santé existantes. Et ils sont deux fois plus nombreux à penser que les informations médicales disponibles sur internet jouent un rôle négatif sur la relation patient-médecin.

Agenda

24 avril : Univers Médecins, l’émission de la CSMF, à 19h30 sur Fréquence Médicale sur le thème : Record de violences contre les médecins libéraux : ça suffit !

23 mai : présentation du projet politique "Les Généralistes-CSMF" à Bordeaux à 20h00, au Novotel Bordeaux Lac, avenue Jean-Gabriel Domergue, 33 300 Bordeaux – Inscription

14 et 15 juin 2019 : Les Printemps du DPC, à l’hôtel Ibis Clichy Batignolles, Paris 17 – Renseignements

13, 14 et 15 septembre 2019 : 25e Université d’été de la CSMF au Palais des Congrès d’Antibes-Juan-les-Pins

Année 2019 : Formations ACFM « Médecins agréés pour les permis de conduire »

- Formation initiale des médecins agréés pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite

- Renouvellement d’agrément pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite

Calendrier et inscription

Suivez toute l'actu de la CSMF

Facebook

Twitter

You Tube

www.csmf.org