CSMF Actu du 15 mars 2019

CSMF Actu du 15 mars 2019

Projet de loi de santé : quelques avancées, mais beaucoup trop de dérapages !

Les députés de la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale viennent de terminer de débattre sur le texte du projet de Loi de santé. Dès lundi, le texte sera examiné en séance publique. Que retenir ?

  • L’accès à l’internat sera conditionné à la réalisation d’au moins un stage dans une zone caractérisée par une offre de soins insuffisante ou des difficultés d’accès aux soins. Cela sera inapplicable !
  • La CSMF se félicite que l’amendement qu’elle a proposé, complétant le dispositif de structuration des parcours de santé au niveau des territoires par la création d’équipes de soins spécialisés, ait été adopté.
  • Un amendement a été adopté afin de définir les missions des CPTS : cette disposition vide de tout sens la négociation conventionnelle en cours !
  • Une autre disposition adoptée prévoit qu’un assuré sans médecin traitant pourra saisir le directeur de sa caisse afin qu’un médecin puisse lui être désigné parmi une liste de médecin de son ressort géographique : la CSMF s’oppose fermement à cette mesure qui va à l’encontre de la médecine libérale et du libre choix.
  • Les pharmaciens d’officine seront autorisés à renouveler périodiquement des traitements chroniques, d’en adapter la posologie ou délivrer directement certains médicaments : nous sommes totalement opposés à ces mesures. Respecter les rôles de chacun, c’est permettre une bonne prise en charge du patient, en ayant le souci de la qualité et de la coordination.

La CSMF a rapidement réagi dès hier en adressant une série de propositions d’amendements aux députés pour faire tomber ces mesures délétères. Si elles étaient maintenues, cela ouvrirait de nouveau un conflit dur avec les médecins libéraux.

Dispensation pharmaceutique sous protocole : la CSMF voit rouge

L’amendement au projet de loi de Santé visant à autoriser la dispensation pharmaceutique sous protocole, qui a été adopté ce mercredi, continue de fait bondir la CSMF. Autoriser les pharmaciens à prescrire certains médicaments porterait atteinte à la qualité des soins. En effet, les pathologies concernées (cystite, angine, etc.) par cet amendement peuvent cacher des pathologies beaucoup plus graves. Banaliser le diagnostic, qui doit rester l’apanage du médecin, est une grave erreur. Si les contours des métiers doivent évoluer, il est nécessaire que les médecins et les pharmaciens puissent se concerter. La question ne doit pas être tranchée dans l’hémicycle.

En outre, cette mesure nuirait gravement au modèle économique de la médecine générale, qui connaît depuis plusieurs années une baisse d’attractivité. Comme l’a très justement rappelé le Dr Duquesnel aux Universités de l’automédication, « on est en train de vouloir me soulager de consultations présentées comme faciles et on ne va me laisser que les consultations complexes de 30 à 45 minutes pour 25 euros. J'aimerais qu'on m'explique le modèle économique de la médecine libérale demain ».

Les Spé-CSMF se désolidarisent !

L’appel du Syndicat National des Gynécologues Obstétriciens de France (SYNGOF) à arrêter la pratique de l’IVG, si une solution n’est pas envisagée rapidement pour combler les trous de garantie assurantielle, a provoqué un véritable tollé dans toute la profession et fait réagir radicalement les Spé-CSMF.

Bien qu’ils soient très actifs pour trouver une solution à tous les médecins dont la couverture assurantielle est insuffisante, les Spé-CSMF estiment intolérable de prendre en otage la population de femmes en situation de fragilité.

Les Spé-CSMF attendent de la Ministre de la Santé la mise en place d’une commission pour répondre, dans les plus brefs délais, à ce problème assurantiel, et a demandé au SYNGOF de retirer ce mot d’ordre, ce que le syndicat a fait hier.

Négociations de l’accord-cadre interprofessionnel sur les CPTS

Une nouvelle séance de négociation sur l’accord-cadre interprofessionnel sur les CPTS s’est tenue cette semaine à la CNAM. Des propositions précises ont été faites sur le financement, sur les indicateurs et objectifs à atteindre pour chaque mission.

Quatre missions socles sont ainsi définies : accès facilité à un médecin traitant, accès à des plages de soins non programmés, organisation des parcours/coordination et prévention. La CNAM prévoit deux missions optionnelles : qualité et pertinence, et accompagnement des professionnels de santé.

Concernant le financement de ces missions, en fonction d’objectifs définis, la CNAM a imaginé un système comprenant à la fois une part « fixe et forfaitaire, variable selon la taille de la CPTS » et une part « supple?mentaire » d'un montant potentiellement équivalent a? la part fixe.

Au total, le financement de la structure et des missions pourrait atteindre au maximum « 175 000 € par an pour une CPTS inférieure à 40 000 habitants et jusqu'à 300 000 € par an pour une communauté couvrant plus de 80 000 habitants ».

Grand Débat National : les résultats de l’enquête de la CSMF le 27 mars dans Univers Médecins

Les médecins libéraux ont largement répondu au questionnaire de la CSMF, en ligne du 7 février au 13 mars 2019.

Fiscalité, rémunération, conditions d’exercice, accès aux soins dans les territoires, rôle de la médecine libérale et rôle des pouvoirs publics, transition écologique… Aucun sujet n’a été éludé et les médecins ont pu exprimer librement leurs attentes sur l’évolution du système de santé.

Pour connaitre tous les résultats de cette vaste consultation, rendez-vous le mercredi 27 mars prochain lors d’un numéro spécial du magazine Univers Médecins dans un « face à la presse » avec le président de la CSMF.

Accès aux soins : les Français inquiets

Un sondage IPSOS réalisé pour la FHF auprès de plus de 5800 Français, expose les attentes des Français en matière de santé.

88 % des personnes interrogées jugent l’hôpital public « en danger ». 52 % seulement sont prêts à « accepter le transfert de certaines spécialités des hôpitaux de proximité (maternité, chirurgie ...) vers des centres hospitaliers avec plus de personnel et plus d'équipements ».Près de 8 Français sur 10 estiment aussi que les personnes âgées ou handicapées sont « mal accompagnées ».

84 % d'entre eux sont favorables à une répartition plus équitable des médecins sur le territoire « quitte à leur imposer leur lieu d'exercice les premières années » et 41% sont tout à fait favorables à la coercition.

Ces chiffres reflètent les inquiétudes des Français sur l’accès aux soins, que ce soit à l’hôpital, pour avoir un médecin traitant ou pour obtenir des rendez-vous dans des délais raisonnables chez certains spécialistes.

Adhérents CSMF : profitez de vos avantages !

En adhérant à la CSMF, vous bénéficiez d’une multitude d’avantages, tels que :

  • Des prix avantageux chez les fournisseurs référencés à la centrale d’achats CAHPP ;
  • Des remises tout au long de l’année dans les hôtels du groupe Accor avec une Carte Accor Business Plus à prix spécial ;
  • Des tarifs avantageux sur des millions de vols secs avec Option Way ;
  • Des abonnements aux grands titres de la presse professionnelle à tarifs préférentiels…

… Et bien plus encore !

En savoir plus

Mais la CSMF facilite aussi la vie de ses adhérents en leur proposant des services exclusifs : aide juridique, information syndicale et professionnelle, guides pratiques (sur la retraite, le remplacement, l’installation, etc.)…

Agenda
  • 27 mars 2019 : Univers médecins, spécial Grand Débat National, à partir de 19h30 sur Fréquence Médicale
  • 29 et 30 mars 2019 : Journées de la Fédération Française des Maisons et Pôles de Santé (FFMPS) à Dijon - Retrouvez le syndicat Les Généralistes-CSMF au stand n°15 - Programme et inscription
  • 4 au 6 avril : 13e Congrès Médecine Générale France au Palais des Congrès, Porte Maillot à Paris – Retrouvez le syndicat Les Généralistes-CSMF au stand n°46 – Programme
  • 23 mai 2019 : présentation du projet politique "Les Généralistes-CSMF" à Bordeaux à 20h00, au Novotel Bordeaux Lac, avenue Jean-Gabriel Domergue, 33 300 Bordeaux – Inscription
  • 14 et 15 juin 2019 : Les Printemps du DPC, à l’hôtel Ibis Clichy Batignolles, Paris 17 – Renseignements
  • Année 2019 : Formations ACFM « Médecins agréés pour les permis de conduire »

- Formation initiale des médecins agréés pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite

- Renouvellement d’agrément pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite

Calendrier et inscription

Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

You Tube

www.csmf.org