CSMF Actu du 11 mars 2016

CSMF Actu du 11 mars 2016

Entente préalable des prescriptions : la CNAM persiste et signe

Souvenez-vous : en septembre 2014, l’UNCAM décide unilatéralement de mettre sous entente préalable la prescription de la rosuvastatine et l’ézétimibe. Cette décision a tout de suite été vigoureusement dénoncée par la CSMF. Mercredi 9 mars 2016, le Conseil d’Etat a donné raison à la CSMF et annulé pour vice de forme la décision de l’UNCAM. Or, hier, en urgence, paraît à nouveau au Journal Officiel la décision annulée la veille par le Conseil d’Etat. La CNAM ignore purement et simplement la décision de la plus haute des juridictions de l’ordre administratif ! Ces méthodes sont insupportables et la dérive bureaucratique de notre métier est inacceptable. La CSMF appelle les médecins libéraux à respecter les règles de bonnes pratiques issues de la HAS en matière de prescriptions d’hypocholestérolémiants et à ne pas demander d’accords préalables.

En savoir plus

L’UMESPE-CSMF présente ses propositions pour la future convention médicale

Réunie en comité directeur le 6 mars, l’UMESPE-CSMF a présenté lors d’une conférence de presse le 9 mars sa vision de la médecine libérale de demain. L’enjeu de la nouvelle convention est de donner aux médecins libéraux les moyens de s’adapter aux mutations de la médecine. Les spécialités médicales doivent être au cœur des débats car « une offre de soins de proximité ne peut pas se faire sans les médecins spécialistes », affirme le Dr Gasser, président de l’UMESPE-CSMF. Pour répondre aux besoins, il est nécessaire d’une part de régler la problématique de la démographie médicale et d’autre part de construire un avenir pour la médecine spécialisée libérale dans un monde dominé par le numérique.

Lire la note de presse de l’UMESPE-CSMF

L’UNOF-CSMF appelle les médecins à s’exprimer et à appliquer un D.E

Se battre pour exercer mieux : telle est la volonté de l’UNOF-CSMF qui refuse un C à 23 euros jusqu’à 2017 et qui appelle les médecins à parler de leurs difficultés au quotidien. Appliquer le D.E, c’est montrer la volonté collective des médecins de revendiquer une juste rémunération afin de pérenniser une médecine libérale de qualité prête à relever les défis qui l’attendent. Donc, dès aujourd’hui, les médecins généralistes doivent rejoindre leurs milliers de confrères qui tous les jours demandent 25 euros voire plus à leurs patients pour une consultation de médecine générale et à chaque fois, avec l’approbation de ces patients. Pour l’UNOF-CSMF, un des objectifs à atteindre est que la future convention planifie un C à 30 euros au cours de la période 2016-2021.

Pour vous aider à appliquer le D.E, suivez les guides de paramétrage des logiciels médicaux

Désobéissance tarifaire : rejoignez le mouvement !

Tous les médecins libéraux sont unanimes : la durée des consultations s’allonge, leurs contenus évoluent (pathologies lourdes et chroniques en augmentation) et la charge de travail, notamment administratif, s’accroit d’année en année. Parce que le tarif de la consultation est déconnecté de la réalité, la CSMF appelle, depuis le début du mois de janvier, l’ensemble des médecins libéraux, quelle que soit leur spécialité, à la désobéissance tarifaire en utilisant largement le dépassement pour exigence (DE), en fonction des actes et de la situation du patient.

Pour informer votre patientèle du mouvement tarifaire, téléchargez notre affiche dédiée ICI

Baisse des tarifs de 2,15% pour les cliniques et de 1,5% pour l’hôpital : où est l’équité ?

Les nouveaux tarifs pour les établissements de santé publics et privés en médecine, chirurgie et obstétrique ont été publiés mardi au Journal Officiel. Ce calcul prend en compte les réserves de crédits pour les deux secteurs et la reprise des allégements de charge du pacte de responsabilité et du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi pour le secteur privé. Par communiqué de presse, la ministre de la santé a jugé ces tarifs « équitables » (sic)! La CSMF déplore une nouvelle fois la vision hospitalocentrée du gouvernement et la volonté de détruire un secteur essentiel pour la santé en France, qui accueille chaque année neuf millions de patients et emploie 150.000 salariés hautement qualifiés, dont environ 4.000 médecins, et aux côtés de 40.000 médecins libéraux.

Données de santé : le CNPS met en garde sur le danger de violation de secret médical

Le Centre national des professions de santé (CNPS) recommande aux libéraux de santé de refuser l’implantation de tout dispositif dans leurs logiciels métiers, permettant à des tiers d’accéder à leur poste de travail. Des systèmes d’automatisation de certains flux, de tiers payant par exemple, pourraient être installés alors que les données de santé contenues dans les logiciels métiers des professionnels de santé libéraux sont confidentielles et que ces derniers sont tenus au secret professionnel. Des solutions techniques adéquates, en concertation avec les professionnels de santé libéraux, doivent être mises en place.

En savoir plus

Troisième grève des internes anglais pour défendre conditions de travail et salaires

Depuis le 9 mars, les internes en médecine des hôpitaux anglais sont en grève pour la troisième fois pour dénoncer un durcissement des conditions de travail et des baisses de salaires imposés par le gouvernement britannique. Plus de 5000 interventions ont été annulées ou reportées et d’autres mouvements sont déjà prévus en avril. Le ministre de la santé, Jérémy Hunt, entend améliorer le service rendu dans les hôpitaux mais ne convainc ni les « juniors doctors », ni les Anglais qui soutiennent la grève à 65%.

Les maisons et pôles de santé se développent et se diversifient

Les cinquièmes journées nationales de la Fédération Française des Maisons et Pôles de Santé (FFMPS) ont lieu les 11 et 12 mars à Nancy. 700 participants sont attendus pour évoquer l’essor et l’évolution des maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP) dont le nombre devrait franchir la barre des 1000 d’ici la fin 2017. Si elles participent au maillage médical des territoires (multiplication par dix des structures en Franche-Comté en dix ans, plus de 1000 professionnels regroupés en MSP en Pays de Loire…). Ces structures évoluent et se diversifient pour répondre au mieux aux besoins des équipes de professionnels de santé.

Affections longue durée : 50% de hausse en 10 ans

Les données publiées par l’Assurance Maladie montrent que le nombre de personnes souffrant d’une affection longue durée (ALD) a augmenté de 50% en 10 ans. Près d’une personne sur six souffre ainsi d’une ALD en France, soit plus de 9 millions. Les principales affections concernées, particulièrement lourdes et invalidantes, sont les diabètes de type 1 et 2 (2,4 millions de personnes), les tumeurs malignes (2 millions), les affections psychiatriques de longue durée (1,2 millions) et les maladies coronaires (1,1 millions). La Sécurité Sociale prend intégralement en charge les soins qui leur sont associés. Bien que la prévalence des pathologies classées ALD augmente, cette tendance à la hausse devrait se poursuivre étant donné l’augmentation et le vieillissement de la population. Une note du Trésor Public publiée début 2015 projetait qu’un Français sur cinq sera touché par une ALD d’ici 2025, soit 13,2 millions de personnes.

Convention collective du personnel des cabinets médicaux : augmentation de la grille des salaires au 1er janvier 2016

Les syndicats d’employeurs et de salariés viennent de signer un accord applicable au 1er janvier 2016, augmentant de 1,80% la grille des salaires.

La nouvelle valeur du point est fixée à 7,38€.

Pour rappel, cette augmentation est applicable rétroactivement au 1er janvier 2016 aux médecins employeurs adhérents à l’une des centrales syndicales signataires (si les salaires de base du cabinet sont supérieurs aux minimas conventionnels, la revalorisation n’est pas obligatoire).

En savoir plus

Agenda
  • Les prochains rendez-vous des négociations conventionnelles : démographie médicale (matinée du 16 mars) ; protection sociale (après-midi du 16 mars) ; médecin traitant (23 mars) ; spécialités cliniques, spécialités techniques (31 mars) ; ROSP et prévention (7 avril) ; accessibilité financière aux soins et relations conventionnelles (13 avril)
  • 1er avril 2016 : Convention Nationale du CNPS sur le numérique
  • 3 et 4 juin : 9e édition des Printemps du DPC
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

Nos communiqués de presse

Etude sur les prix de cession des cabinets médicaux

SCAMED