CSMF Actu du 10 février 2017

CSMF Actu du 10 février 2017

Vaccination : la CSMF interpelle la ministre de la Santé

Le Conseil d'Etat donne six mois au ministère de la Santé pour rendre disponibles en pharmacie des injections ne contenant que les trois vaccins obligatoires (DTP) en France, sans association avec d'autres vaccins comme c'est le cas aujourd'hui. Or, le vaccin du DTP simple n’existe plus sous sa forme pédiatrique depuis 2008, et il n’y a pas de fabrication de ce vaccin à l’échelon mondial.

La décision très juridique du Conseil d’Etat met en jeu la responsabilité médicale des praticiens et ne peut qu’encourager les associations de patients qui sont méfiantes au sujet des vaccins.

La CSMF déplore l’absence de décision depuis la remise du rapport Fischer fin 2016 et demande à la ministre de la Santé de prendre ses responsabilités. Une décision forte et claire est nécessaire sur la politique vaccinale, en particulier pour l’élargissement préconisé de l’obligation.

En savoir plus

Maubeuge : signez la pétition pour dire NON aux consultations externalisées de médecine générale par l’hôpital !

Les médecins libéraux de la région de Maubeuge (59) poursuivent leur bras de fer avec l’hôpital de Maubeuge pour empêcher l’installation à Louvroil d’un cabinet de médecine générale géré par le centre hospitalier.

La fronde menée par le Dr Pierre-Marie Coquet, président des Généralistes-CSMF du Nord, s’intensifie et une pétition a été lancée pour permettre à tous les médecins de manifester leur soutien et dénoncer cette décision purement politique.

Signer la pétition

Avantage supplémentaire maternité : le compte n’y est toujours pas pour la CSMF

Les négociations se poursuivent entre la CNAM et les syndicats médicaux au sujet de l’avantage supplémentaire maternité (ASM).

La CNAM a finalement revu sa copie et propose un ASM au 2/3 pour le secteur 2 hors OPTAM, soit 2066€ brut par mois sur trois mois, contre 3100€ pour les femmes médecins de secteur 1. Le projet d’avenant comporte aussi une aide en cas de congé paternité (36 % de l'aide maternité).

La CSMF regrette que le différentiel de montant persiste selon le secteur d’exercice et ne signera pas l’avenant. Le président de la Confédération, Dr Jean-Paul Ortiz, a souligné que « la position de la CNAM a bougé, et cela va dans le bon sens, même si nous restons attachés à une égalité secteur 1/secteur 2 ».

Hommage au Dr Rousseaux : une centaine de professionnels de santé rassemblés à Chartres

Une centaine de professionnels de santé, dont de nombreux médecins, se sont rassemblés à Chartres le 7 février pour rendre hommage au Dr Rousseaux, tué par un ex-patient à son cabinet le 1er février.

Le Dr Gérald Galliot, président du syndicat des médecins d’Eure-et-Loir – CSMF28, a salué la mobilisation de tous ces professionnels, « confrontés aux mêmes problèmes de sécurité », pour témoigner leur solidarité.

Une délégation a été reçue par le préfet du département pour discuter des mesures de sécurité à prendre. La CSMF a notamment réclamé des dispositifs d’alerte, comme dans les bijouteries ou les banques, un accompagnement en cas de visite de nuit ou la reconnaissance des numéros de téléphone fixe et portable des médecins en cas d’appel aux commissariats.

Tiers payant et franchises médicales : la CSMF avait prévenu !

Le tiers payant étant supposé être généralisé au 1er novembre prochain, l’Assurance maladie se demande comment elle va récupérer les franchises médicales de 1€ par consultation. Au total, les participations forfaitaires des patients (consultations, médicaments, transports sanitaires) représentent 800 millions d’euros chaque année.

La CNAM opterait pour un prélèvement sur le compte bancaire des assurés au fil des paiements… à condition d’avoir l’autorisation du titulaire du compte bancaire. En cas de refus, il faudra supporter les impayés.

La CSMF, qui reste farouchement opposée au tiers payant généralisé, avait prévenu du coût important de cette fausse mesure sociale, notamment à cause de la difficulté de récupérer les franchises médicales.

DPC : un nouveau régime en défaveur des médecins

Depuis 2010, la prise en charge de la FMC des médecins libéraux n’a cessé d’être revue à la baisse et l’enveloppe allouée au DPC est consommée un peu plus tôt chaque année (mi-septembre en 2015, mi-août en 2016). Il est probable que l’enveloppe soit encore plus rapidement consommée en 2017.

Dans ce système complexe, les règles d’indemnisations des organismes ont encore été révisées en 2016 et le forfait annuel des médecins est passé de 3700 à 2940 euros pour 2017 et le plafond de prise en charge a été diminué.

Enfin l'État ne participera plus qu'au financement de 21 heures de formation par praticien et par an, soit moitié moins que le nombre d'heures de DPC recommandé au niveau international. Le risque de ne pas suivre une formation suffisante augmente.

Agenda
  • 30, 31 mars et 1er avril : Congrès de Médecine Générale – Palais des congrès de Paris
  • 2 et 3 juin : Les Printemps du DPC – programmes complets à partir de février 2017
  • 8, 9 et 10 septembre : 23e Université d'été de la CSMF – Presqu’île de Giens
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

www.csmf.org

INTERFIMO

SCAMED