CSMF Actu du 08 novembre 2019

CSMF Actu du 8 novembre 2019

Médecin Bashing : ça suffit ! Stop !

Le détournement du hashtag #Balancetonmédecin par des utilisateurs de Twitter pour dénoncer les pratiques des médecins a déclenché un vent d’indignation chez tous les professionnels de santé, les politiques, les patients, et bien sûr la CSMF qui a réagi immédiatement sur Twitter.

Interrogé par le magazine Capital, le Dr Jean-Paul Ortiz dénonce « un intitulé choquant et diffamatoire » et précise : « Qu’un patient soit insatisfait par un médecin, ça peut arriver. Mais j’insiste, on parle d’un médecin et pas de l’ensemble de la communauté médicale ».

Le président de la CSMF souligne aussi que ce hashtag reflète une tendance de la société à verser dans l’irrespect et la calomnie gratuite, sous couvert d’anonymat, en particulier sur les réseaux sociaux. Heureusement, il est rassurant de lire les nombreux messages de soutien sur Twitter, preuve que la grande majorité des usagers sont attachés à leurs médecins.

Réforme des retraites : toujours non !

La CSMF a participé à la séance de négociations sur la retraite universelle ce mercredi 6 novembre avec Jean Paul Delevoye, Haut-Commissaire. Les projections proposées nous laissent très sceptiques et méritent d’être vérifiées.

L’augmentation des salaires, nouvel indicateur retenu pour l’évolution des retraites versées, à 3 %, semble très optimiste voire irréaliste. Et toujours rien sur les réserves, l’avenir de notre caisse autonome, la CARMF, et la place des médecins libéraux dans la gouvernance du dispositif.

Bref, une copie à revoir sous peine d’un conflit dur avec les médecins libéraux.

AME et PUMa : la CSMF défend les valeurs des médecins

Alors que le débat fait rage à l’Assemblée nationale et dans l’actualité politique ces derniers jours, la CSMF a eu l’occasion d’exprimer son point de vue sur les mesures prévues au sujet de la protection universelle maladie (PUMa) et l’aide médicale d’Etat (AME) lors d’une audition par le groupe de travail « asile et immigration » de l’Assemblée nationale. Elle était le seul syndicat médical présent à cette audition.

Le médecin a le devoir de soigner toute personne qui en a besoin, quelle que soit sa situation et même dans la plus extrême misère. Les dispositifs mis en place en France, tels que la PUMa et l’AME, répondent à ce principe et à celui de solidarité auquel les médecins et la CSMF sont très attachés.

Ces dispositifs ont une autre vertu essentielle : celle de protéger les Français de maladies graves et transmissibles dont pourraient souffrir des personnes émigrées en situation irrégulière, mettant ainsi en danger leur santé et la nôtre.

La CSMF défend une médecine libérale et sociale et appelle donc à préserver l’AME et la PUMa, tout en combattant les abus et le tourisme médical.

A NE PAS MANQUER – REPLAY UNIVERS MEDECINS : Les remèdes des libéraux face à la crise des urgences

La crise des urgences se poursuit depuis plusieurs mois et ne semble pas devoir s’apaiser rapidement malgré le plan annoncé par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Alors que le président Emmanuel Macron a déclaré qu’il allait « remettre des moyens », les médecins libéraux, en tête de l’offre de soins avec 30 millions d’actes par an, ont aussi des solutions à proposer.

Comment ils entendent s’organiser pour ouvrir de nouveaux créneaux aux soins non programmés, comment ils souhaitent participer à la mise en place d’un Service d’Accès aux Soins lisible par la population sans être mis sous tutelle : telles sont quelques-unes des questions auquelles ont répondu le Dr Jean-Paul Ortiz et ses invités, Pierre-Henry Juan, président de SOS Médecins, et Stéphane Attal, médecin généraliste à Montbéliard (Franche-Comté), lors du dernier numéro d’Univers Médecins le 30 octobre.

Pour réagir à l’émission sur Twitter : #UniversMédecins

Voir ou revoir l’émission

Enquête du SDB : Comment les médecins libéraux perçoivent-ils le rôle des biologistes médicaux ?

A la suite de leurs actions de protestation et de leurs grèves, la CSMF continue à soutenir les biologistes dans leur bras de fer avec l’Assurance Maladie contre des baisses tarifaires qui mettent en péril leur activité.

Le Syndicat des Biologistes (SDB) lance une enquête, auprès des médecins libéraux pour recueillir leur avis et leur vision du rôle du biologiste médical :

« Chères consœurs, chers confrères,

Nous prescrivons au quotidien des examens de biologie médicale. Comme vous l’avez peut-être constaté, le secteur de la biologie médicale est en pleine mutation et restructuration depuis quelques années. Ces changements bouleversent en profondeur l’exercice de nos confrères biologistes qui s’interrogent sur le devenir de leur profession, sur leur rôle auprès des prescripteurs et sur leur place dans la prise en charge des patients.

En toute confraternité, nous vous communiquons un questionnaire réalisé à votre intention par le Syndicat des biologistes (SDB).

Prenez les quelques minutes (5 à 10 minutes) nécessaires pour y répondre. Les résultats de ce questionnaire anonyme leur seront d’une grande aide pour nourrir leur réflexion sur leur avenir. Avec tous leurs remerciements anticipés. »

Répondre au questionnaire : Perception du rôle du biologiste médical en médecine libérale

FLASH INFO DROIT - Plainte ordinale d’un patient : comment se passe la conciliation ?

Il est de plus en plus fréquent qu’un patient mécontent porte plainte devant le conseil départemental de l’Ordre contre son médecin, pour violation du code de Déontologie Médicale.

Lorsqu’il reçoit une plainte, le conseil départemental de l’Ordre a un mois pour organiser une réunion de conciliation entre le médecin et son patient. Il s’agit d’une étape importante car elle a pour but d’éviter la poursuite de la procédure. Le plaignant peut tout à fait refuser la conciliation, mais le médecin mis en cause est obligé de l’accepter.

Le président du conseil départemental de l’Ordre désigne le ou les conciliateurs. Les parties sont convoquées à une réunion et entendues par le ou les membres de la commission pour rechercher une conciliation. Bien entendu, le patient et le médecin peuvent chacun être assistés. Si la conciliation est refusée par l’un ou l’autre des parties, un procès-verbal de non conciliation devra être établi. La conciliation peut aussi être totale ou partielle et, dans ce dernier cas, les points de désaccord doivent apparaître dans le procès-verbal. Dans le cas d’une conciliation totale, la plainte s’éteint définitivement.

Le conseil départemental de l’Ordre n’a pas de pouvoir disciplinaire, et en cas d’échec de la conciliation, la plainte est transmise à la chambre de première instance avec un avis motivé.

Ce type de situation n’est jamais évident à vivre pour le médecin. Si vous y êtes confronté(e), prenez tout de suite contact avec le service juridique de la CSMF qui vous conseillera dans les différentes démarches. Un cadre CSMF pourra également, autant que possible, vous accompagner lors de la conciliation.

Pour toute demande, vous pouvez contacter votre syndicat par email.

5 idées pour gagner du temps sur la gestion d'un cabinet médical

Quels outils ou habitudes mettre en place pour gagner du temps au quotidien sur la gestion de son cabinet médical ? Découvrez 5 pistes à investiguer pour une efficacité optimisée au maximum.

1/ Pour les spécialistes : Bien choisir son système de secrétariat médical

2/ Pour les généralistes : Utiliser au mieux le service Ameli Pro

3/ Simplifier la gestion de sa communication médicale

4/ Automatiser ou externaliser un maximum de tâches

5/ Optimiser son outil de prise de rendez-vous pour améliorer la gestion du cabinet

En savoir plus

Agenda
  • 22 et 23 novembre : 3es Etats Généraux de la Médecine Spécialisée – Programme et inscription
  • 27 novembre : Univers Médecins, l'émission de la CSMF, à 19h30 sur le site de Fréquence M
  • 29 et 30 novembre 2019 : Les Automnales du DPC à Paris
  • Formations « retraite » ACFM, à partir de 19h30

Mercredi 13 novembre à Lille - COMPLET ;
Jeudi 28 novembre à Avignon - COMPLET ;
Jeudi 12 décembre à Bordeaux ;
Jeudi 12 décembre à Paris.

Renseignements et inscriptions : 01 43 18 88 26 – contact@evolutisdpc.fr / Télécharger le bulletin d’inscription

  • Année 2019 : Formations ACFM « Médecins agréés pour les permis de conduire » : Formation initiale des médecins agréés pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite / Renouvellement d’agrément pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite - Calendrier et inscription
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

You Tube

www.csmf.org