CSMF Actu du 06 juillet 2018

CSMF Actu du 06 juillet 2018

EVENEMENT - Jean-Paul ORTIZ, président de la CSMF, 1er invité du chat du Quotidien du Médecin le 11 juillet à 12h30

Le Quotidien du Médecin lance son premier chat sur lequotidiendumedecin.fr le mercredi 11 juillet à 12h30. A cette occasion, Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, sera le premier invité et répondra aux questions des internautes au sujet de la nouvelle convention.

Près de deux après avoir dit « non », la CSMF a décidé de signer la convention médicale le 13 juin 2018. Pour quelles raisons ? Quelles avancées pour les médecins ? Le bilan de la convention est-il positif deux ans après ? Que faut-il attendre de l’avenant sur la télémédecine ?

Posez dès maintenant vos questions et rendez-vous mercredi prochain à 11h30 en live sur lequotidiendumedecin.fr.

Docteur junior : un moyen pour fermer le secteur 2 ?

La création du statut de « docteur junior », dans le décret publié aujourd’hui au Journal Officiel, s’inscrit dans la réforme du troisième cycle des études de médecine lancée en 2016, mais pose plusieurs problèmes qu’il faut résoudre au plus vite :

  • Cette année de « docteur junior » ne doit pas se faire au détriment de la durée habituelle de l’internat phase 1 et phase 2. Il doit s’agir d’un temps supplémentaire qui doit s’appliquer à toutes les spécialités et qui doit bénéficier d’un investissement financier. Faute de quoi, le « docteur junior » pour tous, va entrainer le clinicat pour personne !
  • Cette phase 3 des études médicales, tout comme les phases 1 et 2, doit être ouverte au secteur libéral, au travers d’une formation de qualité et la mise en place d’une maitrise de stage universitaire ouverte à toutes les spécialités.

En savoir plus

REPLAY - UNIVERS MEDECINS : accord CSMF-Klesia sur la prévention

L’émission d’Univers Médecins diffusée le 27 juin sur le site de Fréquence M a été consacrée à la prévention. A l’heure des objectifs annoncés par Agnès Buzyn, Ministre de la Santé, dans la Stratégie Nationale de Santé, la CSMF et le groupe de protection sociale Klesia ont signé un accord de collaboration pour faire de la prévention dans un cadre professionnel. Lancé dans un premier temps auprès des salariés non cadres de la branche Transport, le dispositif permettra la prise en charge d’une consultation prévention et d’un suivi spécifique qui pourra s’étendre à d’autres branches professionnelles.

Interrogé par l’équipe d’Univers Médecins, le Dr Alain Leclerc, dans le Val-de-Marne, explique parfaitement le contenu de cette consultation. Pour en parler sur le plateau, Jean-Paul Ortiz a reçu Christian Schmidt de la Brélie, directeur général de Klesia, et Stéphane Landais, secrétaire général de la CSMF.

(Re)voir l’émission

Ile-de-France : un « désert médical » presque comme les autres

L’Ile-de-France, pourtant première région économique française, est le premier désert médical en France avec la région Centre.

Elle n’est bien sûr pas épargnée par les critères démographiques : 48 % des médecins libéraux en exercice en Île-de-France ont plus de 60 ans. Dans les 3 à 5 ans, un sur deux pourra partir à la retraite.

Le manque de médecins s’explique aussi par un coût de l’immobilier exorbitant. A Paris, le prix médian du mètre carré ne cesse de battre son propre record et atteint aujourd’hui 8 580 euros. Dans ses conditions, acheter son cabinet est plus que difficile.

Pour le Dr Bruno Silberman, président de l’URPS médecins libéraux Île-de-France, « la situation n’est pas irréversible, les jeunes veulent s’installer en Île-de-France mais il faut les aider avec des mesures très concrètes et pas de simples discours ». Ce qu’elle fait avec l’Agence régionale de santé (ARS) au travers un plan d’actions signé il y a un an.

En savoir plus

Salaires des médecins intérimaires à l’hôpital : « une omerta généralisée » pour Jean-Paul Ortiz

Agnès Buzyn n’a pas mâché ses mots mercredi sur LCI au sujet des médecins intérimaires des hôpitaux : des « mercenaires » qui « profitent d’un système en tension » et « qui se font payer entre 2000 et 3000 euros la journée ». La limitation du numérus clausus pendant 30 ans explique pour elle le manque d’effectifs de médecins dans les hôpitaux.

En attendant de sentir les effets inverses du numerus clausus augmenté depuis 2005, le gouvernement a décidé de lutter contre cet abus en signant un décret le 1er janvier 2018 qui plafonne le salaire des médecins intérimaires à 1404,05 euros bruts la garde de 24 heures (soit 58,50 euros l'heure). Plafond qui descendra progressivement pour atteindre 1070 euros (44,60 euros l'heure) en 2020.

Pour Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, « on assiste à une omerta généralisée, les intérimaires n’avoueront jamais leurs salaires. Et les hôpitaux acceptent de payer autant car sinon ils doivent mettre la clé sous la porte ». Et d'ajouter : « cela concerne surtout les services anesthésie et obstétrique, et parfois les urgentistes ». Les hôpitaux, en particulier les petites structures, ont besoin de médecins remplaçants, surtout l’été, pour fonctionner.

Vaccination : un premier pas vers le retour de la confiance ?

Un sondage IFOP réalisé pour le Leem en juin 2018 révèle que 83% des Français sont favorables à la vaccination, contre 69% en 2016.

Le positionnement très clair et ferme de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, salué par la CSMF, contribue sans nul doute à calmer l’inquiétude de la population vis-à-vis des vaccins. Outre l’obligation vaccinale pour les enfants, une vraie politique de prévention doit être poursuivie pour redonner confiance aux Français.

Les trois cas mortels de rougeole qui se sont produits dans le pays depuis novembre 2017 participent peut-être aussi à une prise de conscience sur la nécessité vitale de se faire vacciner, pour se protéger soi, et protéger les autres.

Save the date : Soirée CSMF sur la traçabilité des informations médicales

Comment éviter la plainte et la gérer ? Que faut-il consigner dans le dossier médical ? Quelle est l’importance du logiciel médical dans le processus de traçabilité des informations ?

Tout au long de l’année, la CSMF organise partout en France des réunions sur la traçabilité des informations en cabinet médical.

Les prochaines réunions auront lieu à Mulhouse le 26 septembre et à Woippy le 2 octobre.

Programmes et inscriptions

Agenda
  • 13 septembre 2018 : présentation du Projet politique "Les Généralistes CSMF" à partir de 20h00 : Hôtel Golden Tulip Euromed – 6, place Henri Verneuil – 13002 Marseille. Inscriptions
  • 14, 15, 16 septembre 2018 : 24e Université d’été de la CSMF, "Pertinence, trouver le bon cap"
  • 26 septembre à 19h30 : Univers médecins, l’émission TV en direct de la CSMF
  • Soirées CSMF "La Traçabilité des informations médicales : savoir se protéger" à 19h30

le 26 septembre à Mulhouse,

le 2 octobre à Woippy,

le 17 octobre à Lille, le 24 octobre à Toulouse,

le 22 novembre à Nancy - Programmes et inscriptions

  • 17 novembre 2018 : 2e Etats généraux de la médecine spécialisée, "Pertinence/Expertise pour une meilleure efficacité des prises en charge sur tous les territoires" - Maison de la Chimie, Paris
  • 30 novembre et 1er décembre 2018 : Les Automnales du DPC à Paris
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

www.csmf.org

INTERFIMO