CSMF Actu du 03 mai

CSMF Actu du 03 mai 2019

Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : les lieux de soins doivent toujours être préservés !

Si les faits initialement rapportés sont exacts, une limite a été franchie lors de débordements du traditionnel défilé du 1er mai. Les lieux de soins, que ce soient les hôpitaux ou les cabinets médicaux, ont toujours été des lieux de lien social d’une neutralité absolue. Même dans les périodes difficiles, voire les climats insurrectionnels, les lieux de soins ont été des lieux « sacrés », intouchables, réservés à apporter de l’aide à des personnes vulnérables.

La CSMF fait part de son soutien total aux soignants de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière qui ont, quoi qu’il en soit, fait preuve de courage et de sang-froid pour protéger leurs patients.

Devant la polémique, elle appelle les pouvoirs publics à faire toute la lumière sur cet événement et à maintenir la sécurité aux abords de tous les lieux de soins pour éviter que ce genre d’incident, néfaste pour la cohésion sociale de notre pays, ne se reproduise.

ACI CPTS et avenant assistants médicaux : le verdict mitigé des Spé-CSMF

Réunis en comité directeur le 27 avril dernier, les Spé-CSMF se sont positionnés sur le texte de l’accord cadre interprofessionnel (ACI) sur les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) et les propositions concernant les assistants médicaux.

Si les Spé-CSMF soutiennent la volonté des pouvoirs publics et des syndicats médicaux de développer l’exercice coordonné, ils sont dubitatifs quant au modèle technico-administratif porté aujourd’hui par l’Assurance Maladie. Il risque d’être chronophage pour les praticiens, avec un cahier des charges de plus en plus lourd, complexe, loin des réalités de terrain. Les « Spé-CSMF » déplorent aussi que la place de la médecine spécialisée soit réduite à la portion congrue et que les libéraux risquent d’être marginalisés dans des CPTS pilotées par les GHT, les structures médicosociales, l’hôpital à domicile, voire demain des prestataires de services.

Concernant les assistants médicaux, les Spé-CSMF ne peuvent que soutenir la volonté des pouvoirs publics et des syndicats médicaux de favoriser la mise en place du travail aidé, dans le but de garantir une meilleure accessibilité aux soins à tous les usagers sur l’ensemble du territoire. Pourtant, une fois de plus, les spécialistes sont tenus à l’écart du futur dispositif, voire exclus pour certains alors même qu’ils y travaillent depuis 2011, en portant une démarche innovante dans le cadre de la Commission paritaire des employés des cabinets médicaux.

Lire les communiqués de presse des Spé-CSMF ici et

Les Généralistes-CSMF lancent l’Observatoire de la ROSP 2019

Près de 60 000 médecins généralistes ont perçu leur Rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) ces derniers jours.

Les Généralistes-CSMF lancent à nouveau cette année l’Observatoire de la ROSP (formulaire prochainement mis en ligne). En effet, cette rémunération aurait légèrement augmenté, tout comme les revenus des médecins généralistes. Mais ces chiffres cachent une très grande disparité et reflètent probablement plus l’augmentation de patientèle due au manque praticiens qu’une réelle revalorisation de l’exercice.

Les Généralistes-CSMF rappellent aussi l’importance de coter les actes de façon optimale et systématique en utilisant toute la nomenclature à disposition : VL, MIC, MSH, COE, CRD, ECG, échelle de la dépression, test de mémoire, etc.

Téléchargez les Guides de la CCAM : METROPOLE – ANTILLES – GUYANE LA REUNION

Pénurie de Diprostene® : le syndicat des rhumatologues interpelle Agnès Buzyn

Alors qu’il est le corticoïde injectable le plus utilisé quotidiennement pour soulager durablement leurs patients, la nouvelle pénurie du Diprostene® pose un vrai problème pour les rhumatologues.

En effet, alors qu’un Français sur deux souffre de douleurs articulaires, les praticiens vont être contraints de remplacer le corticoïde par d’autres produits moins adaptés, plus coûteux et parfois même, moins efficaces. Surtout, par effet de domino, cela va entraîner une rupture de stock de ces autres corticoïdes injectables.

A ce jour, ni les pouvoirs publics ni le laboratoire MSD, qui fabrique et commercialise ce médicament injectable, ne se sont prononcés sur les raisons de cette pénurie. C’est donc une véritable course qui s’engage sur les stocks disponibles des corticoïdes injectables ramenant presque au temps du rationnement.

Le Syndicat National des Médecins Rhumatologues (SNMR) en appelle donc à l’arbitrage de la ministre de la santé pour remédier à l’urgence de cette situation.

En savoir plus

Univers Médecins en replay : « Record de violences contre les médecins libéraux, ça suffit ! »

Le 24 avril dernier, la CSMF vous donnait rendez-vous pour la 20e émission d’Univers Médecins, consacrée à la sécurisation de l’exercice.

Il y a deux ans, l’assassinat du Dr Rousseau par un patient a profondément marqué la communauté médicale. En 2018, le nombre d’agressions recensées et commises à l’encontre des médecins n’a jamais été aussi élevé. Comment expliquer cette flambée de violence ? Quelles sont les spécialités les plus touchées ? Quelles mesures devraient être prises pour sécuriser l’exercice ? Faut-il créer un statut juridique protecteur pour la profession ? Pour répondre à toutes ces questions, le Dr Jean-Paul Ortiz a reçu en plateau les Drs Hervé Boissin, coordonnateur de l’Observatoire de la sécurité du Conseil National de l’Ordre des Médecins, et Bertrand Legrand, secrétaire général de la CSMF Nord-Pas-de-Calais et médecin généraliste à Tourcoing.

L’équipe de tournage de l’émission est également partie à la rencontre du Dr Véronique Fauchier, médecin généraliste à Chartres, qui est revenue sur le drame du Dr Rousseau et les mesures prises pour sécuriser l'exercice dans le département d’Eure-et-Loir.

Réagir à l’émission sur Twitter : #UniversMédecins

Accéder au replay de l’émission

Accès aux soins : à chaque pays sa recette !

Les problèmes d’accès aux soins se posent bien au-delà des frontières françaises et chacun tente d’y apporter des solutions plus ou moins fructueuses.

La caisse primaire d’assurance maladie régionale de Trévise, en Vénétie (Italie), a provoqué la colère des syndicats de médecins en lançant un programme de recrutement directement dans une faculté de médecine roumaine. La Région a de son côté tenté de combler les failles des urgences hospitalières en faisant appel aux praticiens retraités et d’autres régions ont recours aux agences spécialisées dans l’intérim médical. Les syndicats de médecins italiens s’opposent à ces mesures et estiment payer le prix fort dans un système de santé qui n’a pas été capable de se réorganiser.

Au Québec, les infirmiers praticiens spécialisés (IPS) viennent d’obtenir le droit de poser des diagnostics, élaborer un plan de traitement et prescrire des médicaments, sans la tutelle des médecins. Les acteurs de santé parlent d’un moment « historique » qui va permettre un meilleur accès aux soins pour les patients. Les IPS pourront prendre en charge plus de patients pour traiter des problèmes de santé courants ou des maladies chroniques, et redirigeront les cas plus complexes vers les médecins. La ministre de la Santé s’est engagée à faire voter une loi d’ici un an et à ouvrir rapidement des discussions avec les fédérations médicales, notamment au sujet de la rémunération des médecins. Ces derniers reçoivent actuellement 60 000 $ par an pour chaque infirmier supervisé.

Agenda
  • 23 mai : présentation du projet politique "Les Généralistes-CSMF" à Bordeaux à 20h00, au Novotel Bordeaux Lac, avenue Jean-Gabriel Domergue, 33 300 Bordeaux – Inscription
  • 28 mai : présentation du projet politique "Les Généralistes-CSMF" à Ajaccio à partir de 19h30, à l’Hôtel Best Western, 20 boulevard Georges Pompidou – 20 090 Ajaccio – Inscription
  • 29 mai : Univers Médecins, l’émission de la CSMF, à 19h30 sur Fréquence Médicale sur le thème de la santé en Europe
  • 14 et 15 juin 2019 : Les Printemps du DPC, à l’hôtel Ibis Clichy Batignolles, Paris 17 – Renseignements
  • 13, 14 et 15 septembre 2019 : 25e Université d’été de la CSMF au Palais des Congrès d’Antibes-Juan-les-Pins
  • 22 et 23 novembre 2019 : 3es Etats Généraux de la Médecine Spécialisée
  • Année 2019 : Formations ACFM « Médecins agréés pour les permis de conduire » : - Formation initiale des médecins agréés pour le contrôle médical de l'aptitude à la conduite / - Renouvellement d'agrément pour le contrôle médical de l'aptitude à la conduite - Calendrier et inscription
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

You Tube

www.csmf.org