CSMF Actu du 02 octobre 2015

CSMF Actu du 2 octobre 2015

Non à la loi de santé : la CSMF défend la liberté de la médecine libérale !

Ce matin, à 10h, devant la statue de la Liberté au jardin du Luxembourg, le service d’ordre du Sénat a écourté la déclaration de la CSMF qui se voulait pacifique.
En présence des médias et de médecins mobilisés, Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, a interpellé les sénateurs qui viennent de terminer l’examen du projet de loi de santé. Malgré quelques dispositions supprimées, comme le tiers payant généralisé, ou remaniées, comme la place des médecins spécialistes libéraux dans le parcours de soins, le texte est toujours aussi délétère pour la médecine libérale et le démantèlement du métier de médecin. Il a même été adopté un article instaurant le conventionnement sélectif à l’installation, mesure contre laquelle s’est toujours farouchement opposée la CSMF.
Le président de la Confédération a donc appelé les Sages à voter contre ce texte lors du vote solennel au Sénat le 6 octobre prochain.

Lire la Déclaration pour le respect, la reconnaissance et la liberté de la médecine libérale de la CSMF

Mouvements contre la loi de santé : la CSMF appelle à un grand rassemblement unitaire

L’heure n’est pas à des mouvements de grève désordonnés pendant la période électorale, mais au contraire, à un rassemblement large et unitaire de tous les médecins, au-delà des différentes sensibilités.

C’est donc après les élections aux URPS que la CSMF appelle tous les médecins et leurs représentants à un mouvement unitaire lors du vote solennel de la loi à l’Assemblée nationale.

Lire la note de presse de la CSMF

Commission des Comptes de la Sécurité Sociale : la CSMF exige un soutien réel pour le virage ambulatoire

La Commission des Comptes de la Sécurité Sociale, qui s’est tenue le 24 septembre, a confirmé un ONDAM 2016 à 1,75%, soit un effort d’économies évaluées à 3,4 milliards d’euros.

Entre 2012 et 2014, les dépenses consacrées à l’hôpital ont augmenté de 7,4%, soit 2,5% chaque année. Dans le même temps, les honoraires médicaux ont seulement augmenté de 4,5% soit 1,5% par an ! En comptabilisant les sous-exécutions accumulées depuis 2010, les économies réalisées par la médecine de ville atteignent près de 3 milliards d’euros, alors que les dépenses hospitalières en 2015 dépasseront l’objectif à hauteur de 125 millions d’euros, que pour cette année.

Cependant la médecine de ville n’a toujours pas récolté les fruits de ses efforts. Alors qu’elle prend en charge des patients de plus en plus âgés, souffrant de pathologies multiples et chroniques, les honoraires de la médecine libérale augmentent faiblement, tout particulièrement pour les médecins généralistes qui sont à +1% en 2015. Voilà la réalité chiffrée du virage ambulatoire promis et voulu par la ministre !

Il est donc urgent de donner les moyens à la médecine de ville et cesser d’alimenter largement la machine vorace qu’est l’hôpital public. La CSMF exige la réelle mise en place des dispositifs nécessaires pour effectuer concrètement le virage ambulatoire dont a besoin le pays.

Lire le communiqué de la CSMF

La CSMF dénonce cette année encore la gestion calamiteuse du DPC

L’OGDPC a annoncé le 23 Septembre 2015 l’arrêt de la prise en charge des programmes de DPC pour les médecins à compter du 22 septembre 2015 en raison d’une enveloppe entièrement consommée.

Cette année le scénario est pire qu’en 2014 et, comble de l’absurde, depuis le 18 septembre, les inscriptions sur les actions pluri-professionnelles sont fermées. C’est tout le dispositif du PAERPA, promu avec force par le ministère et les ARS, qui se trouve stoppé net, sans la moindre concertation.

La CSMF s’insurge contre cette nouvelle spoliation du droit à la formation des médecins. Elle exige que les 9 M€ d’excédents de 2014 soient immédiatement affectés à l’exercice 2015 afin que chaque médecin puisse poursuivre normalement sa formation.

Dans le cas contraire, force serait de constater que, ici comme ailleurs, l’Etat trahit ses engagements et abandonne la santé.

Lire le communiqué de la CSMF

Conventionnement sélectif : NON. La CSMF défend la liberté d’installation

Dans sa présentation du rapport sur les dépenses de la Sécurité sociale mardi 15 septembre, Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, a recyclé la vieille idée du conventionnement sélectif pour les médecins libéraux.

La CSMF défendra toujours la liberté d’installation des médecins libéraux, corollaire de la liberté des patients de choisir leur médecin, et a toujours été favorable aux mesures incitatives à l’installation pour pallier à la problématique des zones sous-médicalisées.

La CSMF fustige l’opinion de la Cour des comptes selon laquelle un conventionnement sélectif permettrait de fixer plus clairement « des objectifs de gains d’efficience, en dotant les agences régionales de santé de prérogatives accrues pour les réaliser ». Encore un exemple de la volonté d’étatisation du système de santé, à travers les ARS, véritables bras armés de l’Etat en région.

La CSMF s’oppose farouchement à de telles mesures. Les médecins libéraux sont les acteurs essentiels de la réorganisation territoriale de l’offre de soins et les plus à même de coordonner le parcours de soins du patient.

Lire le communiqué de la CSMF

Accessibilité des cabinets médicaux : et maintenant ?

Les médecins libéraux avaient jusqu’au 27 septembre pour déposer leur Agenda d’Accessibilité Programmée (AdAp). Or, seule une minorité l’a fait avant la date butoir, du fait d’une procédure compliquée et inadaptée aux contraintes des cabinets médicaux, particulièrement en ville.

Bien que la Délégation ministérielle à l’accessibilité invite les médecins à déposer encore rapidement leur dossier, la CSMF s'insurge contre le manque d'aides données par l'Etat pour ce problème d'accessibilité et demande plus de temps et de moyens aux pouvoirs publics.

Lire le communiqué de la CSMF

Rapport Le Menn sur l’attractivité des carrières des médecins hospitaliers : la CSMF dénonce l’oubli, une fois de plus, des médecins libéraux

Dans son rapport de mission sur « l’attractivité de l’exercice médical à l’hôpital public », l’ancien sénateur Jacky Le Menn propose d’améliorer le statut des médecins hospitaliers.

La CSMF s’étonne d’une vision aussi partielle et partiale de l’attractivité des carrières médicales donnée aux jeunes confrères. En effet, le nombre de médecins exerçant en libéral diminue d’année en année de façon préoccupante, ce qui va rapidement poser de réels problèmes d’accès aux soins à la population. La CSMF rappelle combien l’installation et les charges sont lourdes pour les médecins libéraux, situation aggravée par une couverture sociale dérisoire, en particulier en cas de maladie ou maternité. Si la ministre veut réellement réussir, ce qu’elle n’a de cesse de rappeler, le « virage ambulatoire » dans notre système de santé, il est impératif qu’elle aborde avec la même considération le statut social des médecins libéraux.

Lire le communiqué de la CSMF

Appel à projet thématique 2015 de Fondation MACSF : « le processus partagé de décision patient-soignant »

La Fondation MACSF, créée en 2004, a pour objet exclusif le soutien des démarches qui contribuent à l'amélioration de la relation entre patients et soignants dans sa dimension communication, et traduit la volonté du groupe MACSF d'accompagner les professionnels de la santé dans toutes les facettes de leurs métiers. Une fois par an, elle enrichit et diversifie le soutien qu’elle apporte en mettant en place un projet thématique.

L’édition 2015 porte sur le thème « processus partagé de décision patient-soignant ». Les équipes médicales et paramédicales des établissements de santé ainsi que les organisations professionnelles de libéraux, médecins et paramédicaux, ayant réalisé des process, démarches, actions, et/ou supports de mise en place de processus sont appelées à candidater.

Début décembre 2015, la Fondation sélectionnera au maximum 5 de ces initiatives et valorisera chacune à hauteur de 5000€. Elle consacrera aussi 5000€ pour promouvoir ces projets à l’échelon régional et national.

Candidature à déposer en ligne avant le 30 octobre 2015 minuit sur la page dédiée de MACSF.fr

Agenda

• Du 28 septembre au 2 octobre 2015 : suite de l’examen de la loi de santé au Sénat

• 6 octobre : vote solennel de la loi de santé au Sénat

• 12 octobre 2015 : Elections aux URPS (date limite du vote par correspondance)

• 16 octobre 2015 : résultats des élections aux URPS

Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

Nos communiqués de presse

INTERFIMO

SCAMED