La CSMF appelle les autres syndicats de médecins libéraux à quitter les négociations conventionnelles pour faire plier l’État

La crise sanitaire majeure a fait prendre conscience aux Français combien notre système de santé traversait des périodes très difficiles et était certainement sous financé. La crise de l’hôpital était connue, et le gouvernement a fait du Ségur de la santé un Ségur de l’hôpital.

La crise de la médecine libérale est plus insidieuse, se traduisant par une diminution de l’offre de soins et un délitement du maillage territorial. Les Français le ressentent bien, parce qu’ils ont du mal à trouver un médecin traitant ou à accéder dans un délai raisonnable à un médecin spécialiste.

 Dans ce contexte, le gouvernement a présenté un Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale indigne de la reconnaissance qu’il doit à la médecine libérale et à son engagement dans cette crise sanitaire. Alors que les dizaines de milliards d’euros sont prévues à la fois pour valoriser les salaires des personnels des hôpitaux mais également pour permettre un investissement massif dans les structures immobilières et les équipements hospitaliers, une misère de 300 millions d’euros est prévue pour l’ensemble des soins de ville !

 Le gouvernement ignore-t-il l’état de la médecine libérale qui n’attire plus les jeunes générations ? Le gouvernement ignore-t-il la nécessaire réorganisation de la médecine libérale, l’indispensable soutien à une meilleure organisation et un regroupement physique ou virtuel des médecins ?

 La médecine libérale mérite un investissement massif tant en médecine générale qu’en médecine spécialisée.

 Devant ce mépris renouvelé du gouvernement actuel, les négociations conventionnelles n’ont plus de sens. La CSMF appelle les syndicats qui sont encore autour de la table de la négociation à quitter cette négociation conventionnelle, afin d’exprimer au gouvernement leur colère devant si peu de moyens pour la médecine libérale.

 La défense de la médecine libérale nécessite aujourd’hui un rassemblement des énergies pour faire plier l’État.

C’est pourquoi la CSMF appelle tous les syndicats médicaux à s’unir pour défendre la médecine libérale avant qu’il ne soit trop tard.

 

 

Dr Jean-Paul Ortiz - Président

06 07 86 08 83

jp.ortiz@csmf.org

 

 

 

Relations presse : Adrien Chapron

01 43 18 88 17 / com@csmf.org

Mercredi, 18 novembre, 2020