Indemnités journalières : la CSMF entendue

Dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale, il est créé une cotisation spécifique pour les professions libérales pour les indemnités journalières.

Aujourd’hui les médecins libéraux sont particulièrement pénalisés lors d’un arrêt de travail pour maladie puisqu’ils n’ont pas d’indemnités journalières pendant  90 jours. L’indemnité versée par la CARMF ne débute qu’à partir du 91ème jour ! A l’heure où les salariés ont trois jours voire un jour de carence en cas d’arrêt de travail, cette durée aussi longue sans aucun revenu constitue un obstacle majeur du statut social du médecin libéral. Ceci est particulièrement pointé par les jeunes générations et il était urgent d’améliorer la couverture sociale de tous les médecins libéraux.

La CSMF, via l’Union Nationale des Professions Libérales (UNAPL), vient d’être entendue et elle s’en félicite. Les niveaux de cotisation et d’indemnisation resteront modérés grâce à cette cotisation obligatoire et devront le plus souvent être complétés par une cotisation volontaire individuelle facultative. Mais il s’agit d’un premier pas qui permettra à tous, notamment les imprévoyants, d’avoir un minimum de revenus, en répartissant le risque sur l’ensemble des  professions libérales. C’est donc une mesure de solidarité pour la profession médicale.

La CSMF, attachée à la défense de tous les médecins libéraux quelle que soit leur spécialité, se félicite de cette avancée globale pour notre profession.

 

Dr Jean-Paul Ortiz - Président

06 07 86 08 83

jp.ortiz@csmf.org

 

 

 

Relations presse : Adrien Chapron

01 43 18 88 17 / com@csmf.org

Mercredi, 21 octobre, 2020