CSMF Actu du 24 mai 2019

CSMF Actu du 24 mai 2019

Réforme des retraites : les médecins refusent d’être les dindons de la farce

La CSMF, qui a participé activement aux discussions sur la réforme des retraites, appelle le Haut-Commissariat à la réforme des retraites (HCRR) à répondre aux questions et inquiétudes des médecins libéraux sur les points suivants :

  • Quel mécanisme collectif pour pallier la baisse des pensions des médecins libéraux que va entraîner mécaniquement la mise en place de la retraite universelle ?
  • Que vont devenir les réserves de la CARMF ? Il est indispensable qu’elles reviennent aux médecins et qu’elles ne servent pas à combler les déficits des régimes spéciaux. Que deviendra aussi la CARMF, qui a par ailleurs une action sociale ?
  • Comment intégrer l’ASV dans le régime universel alors qu’il fait partie du pacte conventionnel ? Comment pérenniser l’ASV et son mode de financement ?
  • Dans un système majoritairement constitué de salariés, quelle sera la place des professions libérales et plus particulièrement des médecins libéraux dans la gouvernance du régime universel ?

La CSMF se joint au SN-MCR et refuse que les médecins libéraux soient sacrifiés sur l’autel de cette réforme.

En savoir plus

EVENEMENT - UNIVERS MEDECINS le 29 mai : Les médecins libéraux en Europe, mêmes combats ?

Univers Médecins, votre émission qui décrypte l’actualité professionnelle tous les mois, revient le mercredi 29 mai à 19h30 pour s’inscrire en pleine actualité en cette période d’élections européennes.

Combien les médecins libéraux, généralistes et spécialistes, gagnent-ils dans les pays voisins ? Sous forme de forfait ou de paiement à l’acte ? Quelles sont les différences dans l’organisation des soins de proximité ? Quels sont les enjeux spécifiques ou au contraire en commun aux médecins des différents pays d’Europe ?

Pour évoquer toutes ces questions, Jean-Paul Ortiz recevra Valérie Paris, économiste de la santé à l’OCDE, et Philippe Boutin, président de l’EANA, le regroupement des médecins libéraux européens. L’émission sera illustrée par le témoignage du Dr Michel Marin, médecin libéral à Bruxelles.

Rendez-vous mercredi 29 mai, à 19h30, sur le site de Fréquence M.

Pour réagir à l’émission sur Twitter : #UniversMédecins

En savoir plus

Résultats de l’Observatoire de la ROSP des Généralistes-CSMF : un forfait qui doit évoluer

Suite aux nombreuses contributions reçues, les résultats de l’Observatoire de la ROSP, mis en place pour la deuxième année consécutive par les Généralistes-CSMF, sont sans appel. Sans remettre en cause le principe de cette rémunération, 80% des répondants ne sont pas satisfaits de la ROSP et de son montant. Seuls 25% pensent qu’elle aide à changer leur pratique. Et encore moins – 9% voudraient qu’elles restent en l’état, même si nombreux ne voient pas par quoi la remplacer (41%). 36% souhaitent même sa disparition.

Hormis le bonus de rémunération, certes trop aléatoire mais à maintenir faute de mieux pour 40% des sondés, les deux grands aspects positifs de la ROSP sont d’aider à s’interroger sur sa pratique et à structurer ses données dans le logiciel médical.

Conclusion pour les Généralistes-CSMF : la ROSP doit évoluer. Et le syndicat propose de créer, à côté d’une ROSP simplifiée et rénovée, un forfait pour la création et la mise à jour du DMP, à hauteur de 50 euros par patient et par an, tout en continuant à militer pour une augmentation de l’acte médical, bien trop faible par rapport à sa valeur.

En savoir plus

Renouvellement des lunettes chez l’opticien : les ophtalmologistes constatent une délégation insuffisamment assumée par les opticiens

Depuis 2007, les opticiens-lunetiers sont autorisés à renouveler et adapter les verres correcteurs à partir d’une ordonnance médicale initiale. Aujourd’hui, 15% des lunettes seraient renouvelées directement chez l’opticien, et 20% de celles-ci seraient adaptées par lui au plan réfraction.

A la suite d’une enquête, le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) constate que la grande majorité des ophtalmologistes (81%) est favorable au renouvellement des lunettes chez l’opticien. Mais ils estiment aussi que plus de 80% des opticiens ne s’acquittent pas ou rarement de l’obligation d’information au prescripteur lors d’un renouvellement de verres correcteurs avec adaptation. Un manque de coordination qui nuit au suivi médical des patients et que les ophtalmologistes déplorent.

Les ophtalmologistes sont également opposés, à 86%, à la suppression de l’obligation d’ordonnance pour avoir droit au remboursement des verres correcteurs, laquelle serait le signe d’une démédicalisation de la filière, dangereuse pour les patients et la prévention. Les jeunes ophtalmologistes (moins de 50 ans) y sont encore plus défavorables, à 96%.

En savoir plus

Retrait des corticoïdes injectables : le coup de gueule des rhumatologues

Les rhumatologues ne décolèrent pas. Après la rupture de stock du Diprostène®, dont le réapprovisionnement est renvoyé aux calendes grecques, le laboratoire BMS, avec l'accord de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament, retirera le KÉNACORT® 40 mg et 80 mg du commerce au 31 juillet 2019.

Le Syndicat national des médecins rhumatologues (SNMR) s’alarme des conséquences dramatiques de l’absence de ces médicaments : il sera impossible de réaliser des infiltrations et les praticiens devront opter pour des thérapeutiques plus coûteuses et plus lourdes.

Pour le syndicat, faire peser ainsi sur la population un tel risque est intolérable. Le SNMR, associé à la SFR, au CNPR et aux associations de patients, appellent le ministère de la Santé, ses agences et les laboratoires concernés à prendre les dispositions nécessaires pour que ces pénuries cessent et à trouver des solutions rapides pour le bien des patients.

En savoir plus

Le président de la FHF, les structures hospitalières et les CPTS : « De quoi je me mêle ?! »

Lors de son discours d’ouverture de la Paris Healthcare Week, à Paris, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux, a évoqué la réforme de l'organisation territoriale des soins… et particulièrement des soins de ville. Selon lui, « les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) devraient devenir, au-delà de leur rôle premier d’organisation de la pratique libérale, un lieu de dialogue entre professionnels libéraux et hospitaliers. Le président de la République avait évoqué leur caractère obligatoire à un horizon de trois ans ».

Alors que les syndicats des professionnels de santé libéraux et l’Assurance Maladie sont en train de finaliser un accord-cadre interprofessionnel sur les CPTS, le président de la FHF se permet de jouer aux inspecteurs des travaux finis : « J'espère, j’espère vraiment que cet objectif reste bien encore celui du directeur général de l’Assurance Maladie et du gouvernement lorsqu’ils négocient avec nos amis des syndicats de médecins ». Et de faire une comparaison douteuse : « Nous avons fait les groupements hospitaliers de territoire qui étaient obligatoires, il n'y a aucune raison que nos amis libéraux ne réussissent pas à se structurer brillamment autour des CPTS ! ».

Pas en reste, la FEHAP (établissements à but non lucratif) et la FHP (cliniques) se déclarent prêtes à organiser les CPTS si les libéraux ne les font pas !

La CSMF rappelle une des conditions sine qua non pour aboutir à un accord avec l’Assurance Maladie : l’adhésion à une CPTS ne doit pas être obligatoire. Les médecins libéraux ont besoin de souplesse pour organiser les soins de proximité en s’adaptant aux spécificités de chaque territoire et être les initiateurs et maîtres des CPTS. Ils n’accepteront jamais d’être sous le joug des hôpitaux ou cliniques.

Agenda
  • 28 mai : présentation du projet politique "Les Généralistes-CSMF" à Ajaccio à partir de 19h30, à l’Hôtel Best Western, 20 boulevard Georges Pompidou – 20 090 Ajaccio – Inscription
  • 29 mai : Univers Médecins, "Les médecins libéraux en Europe, mêmes combats ?", l’émission de la CSMF, à 19h30 sur Fréquence Médicale sur le thème de la santé en Europe
  • 14 et 15 juin 2019 : Les Printemps du DPC, à l’hôtel Ibis Clichy Batignolles, Paris 17 – Renseignements
  • 26 juin : Univers Médecins, l'émission de la CSMF, à 19h30 sur Fréquence Médicale, sur le thème de la réforme des retraites
  • 13, 14 et 15 septembre 2019 : 25e Université d’été de la CSMF au Palais des Congrès d’Antibes-Juan-les-Pins
  • 22 et 23 novembre 2019 : 3es Etats Généraux de la Médecine Spécialisée
  • Année 2019 : Formations ACFM « Médecins agréés pour les permis de conduire » : - Formation initiale des médecins agréés pour le contrôle médical de l'aptitude à la conduite / - Renouvellement d'agrément pour le contrôle médical de l'aptitude à la conduite - Calendrier et inscription
Suivez toute l’actu de la CSMF

Facebook

Twitter

You Tube

www.csmf.org

Vendredi, 24 mai, 2019