Réforme des retraites : les médecins refusent d’être les dindons de la farce

La CSMF a participé activement aux discussions sur la réforme des retraites, pilotées par le Haut-Commissariat à la réforme des retraites (HCRR). Arrivant bientôt au terme de la concertation, il reste encore beaucoup de questions en suspens :

  • En l’état actuel du projet de réforme, les pensions des médecins libéraux vont diminuer car la retraite universelle ne va pas correspondre à la retraite actuelle. Les taux de cotisation du régime universel sont inférieurs à la somme des taux actuels incluant les différents régimes (base, complémentaire CARMF, ASV en totalité), ce qui entraînera mécaniquement une baisse importante des futures pensions. Quel mécanisme collectif pour pallier cette situation ?
  • La question des réserves de la CARMF, constituées par plusieurs générations de médecins et évaluées à neuf ans de prestation, reste dans le flou. Que vont-elles devenir ? Elles ne doivent pas servir à combler les déficits d’autres régimes actuels de retraites, en particulier les régimes spéciaux. Il est indispensable qu’elles reviennent aux médecins. Que deviendra aussi la CARMF, qui a par ailleurs une action sociale ?
  • Comment intégrer l’ASV dans le régime universel alors qu’il fait partie du pacte conventionnel ? Il constitue en moyenne 35% de la pension du médecin, avec une participation de l’Assurance Maladie à hauteur de 2/3 en secteur 1 et OPTAM (honoraires différés). Comment pérenniser l’ASV et son mode de financement ?
  • Dans un système majoritairement constitué de salariés, quelle sera la place des professions libérales et plus particulièrement des médecins libéraux dans la gouvernance du régime universel ?

La CSMF est donc très inquiète et appelle le HCRR à donner des réponses précises sur ces points au plus vite. Elle refuse que les médecins libéraux soient sacrifiés sur l’autel de cette réforme.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Mercredi, 22 mai, 2019