Rapport Vigier : entre le meilleur et le pire

Le rapport Vigier, issu de la commission d’enquête sur l’égal accès aux soins des Français, commence à être diffusé. La CSMF note la prise en compte de certaines causes de la crise de la médecine libérale.

Parmi les mesures susceptibles d’améliorer l’accès aux soins, la commission propose :

  • la revalorisation de la consultation à 35€ ; pourquoi uniquement en zones sous-denses ? Il faudrait l’étendre à tout le territoire national pour attirer les jeunes générations vers l’exercice libéral ;
  • l'exonération totale de charges pour les médecins en cumul emploi-retraite ;
  • le développement des stages ambulatoires en médecine de ville.

Voici autant de mesures qui vont dans le bon sens et dont le gouvernement serait bien inspiré d’en tenir compte.

Malheureusement, le député Vigier – contrairement à l’ensemble de la commission – persiste à vouloir mettre fin à la liberté d’installation. Il n’a toujours pas compris qu’on ne peut réguler que l’installation des professionnels de santé dont les effectifs sont en excès, ce qui n’est pas le cas des médecins. Il n’a toujours pas compris qu’il fallait dix à douze ans pour former un médecin et que toute action sur le numerus clausus actuel n’aurait un impact que dans une bonne dizaine d’années, à l’heure où la démographie médicale aura augmenté et que les problèmes d’effectifs seront résolus.

La CSMF appelle à une nouvelle organisation du système de santé pour répondre aux besoins de la population : cela passe par un soutien à la médecine libérale et à l’ensemble des professionnels de santé de ville.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Vendredi, 20 juillet, 2018