Infirmier en pratique avancée : la CSMF exige un moratoire pour éviter la rupture

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi de santé de 2016, des textes réglementaires qui définissent l’exercice de l’infirmier en pratique avancée (IPA) sont en cours d’élaboration. La CSMF, qui a déjà dénoncé le 8 mars la pseudo concertation débutée il y a un an et demi sans les syndicats médicaux, appelle à revoir en profondeur ces projets de textes avec l’ensemble des acteurs concernés.

La mise en place de pratiques avancées pour les infirmiers doit être construite dans le cadre d’un protocole qui détermine la place et les actions de chacun, gage de qualité et de pertinence des parcours. Le médecin doit rester le chef d’orchestre de la prise en charge du patient, du diagnostic à la mise en place d’une thérapeutique, et il importe de renforcer son environnement professionnel, quelle que soit sa spécialité.  

La CSMF appelle également à avoir une réflexion concertée sur le modèle économique, y compris en médecine de ville, afin d’éviter un développement d’IPA uniquement à l’hôpital, ce qui permettrait à ce dernier de contourner les organisations de médecine libérale mises en place sur le terrain.

La CSMF est consciente que les métiers doivent évoluer, afin de mieux répondre aux besoins croissants de la population, mais l’absence initiale de concertation sur ce dossier est au final contre-productif et dangereux. La volonté d’un aboutissement à marche forcée est contraire au discours prônant dialogue et concertation que voudrait le gouvernement.

La CSMF appelle le ministère à un moratoire sur ce projet de décret afin de mener une vraie concertation avec l’ensemble des acteurs. Il faut modifier très largement ces projets de texte si le ministère veut éviter un conflit dur avec les médecins libéraux.

 

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Vendredi, 23 mars, 2018