Situation financière des hôpitaux : la CSMF dénonce le coup de com’ du président de la FHF

La CSMF s’insurge contre les propos de Frédéric Valletoux, président de la Fédération Hospitalière de France (FHF), qui estime que le gouvernement souhaite « faire payer aux hôpitaux le dynamisme des dépenses » de la médecine de ville et que le coût de la nouvelle convention médicale passée avec les médecins libéraux est « sous-estimé ».

Quel est le rapport entre la situation financière des hôpitaux publics et la convention médicale puisque leurs objectifs de dépense et leur budget sont séparés ? Sur quelle argumentation sérieuse s’appuie l’affirmation gratuite de Monsieur Valletoux d’un coût « sous-estimé » de la dernière convention médicale ?

La CSMF préfère les faits aux effets de communication.

Oui, Monsieur Valletoux, l’hôpital a besoin de se restructurer. Rappelons qu’en France, la part des dépenses hospitalières (41%) est supérieure à la moyenne de l’UE-15 (38%).

Oui, Monsieur Valletoux, le système de santé français a besoin de se recentrer sur les soins de ville en y accordant plus de moyens. On ne peut exhorter indéfiniment les médecins libéraux à assurer le virage ambulatoire sans leur en donner les ressources nécessaires ! Sans oublier que la médecine de ville a déjà absorbé une large part des transferts d’activité de l’hôpital. Chaque année, les prescriptions hospitalières exécutées en ville (PHEV) contribuent à grignoter la moitié de l’augmentation de l'ONDAM de ville. Et le développement de l’activité ambulatoire de l’hôpital, en particulier en chirurgie, a entrainé une plus grande sollicitation des médecins de ville.

Alors que nous devrions être dans une logique complémentaire, associée à une saine concurrence, pour la bonne prise en charge de la santé des Français, il serait préférable de construire ensemble l’offre de soins dans les territoires, plutôt que de s’invectiver sans fondement.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Lundi, 18 décembre, 2017