Mort du tiers payant généralisé : une victoire pour la CSMF

Enfin un premier acte pour retrouver la confiance des médecins libéraux. La ministre de la santé Agnès Buzyn a annoncé dimanche 22 octobre que l'engagement du Président de la République de rendre le tiers payant « généralisable », et non généralisé, serait tenu.

En clair, le tiers payant restera possible mais ne deviendra pas obligatoire. Cette décision est à mettre au crédit de la CSMF qui, résolument opposée à un tiers payant obligatoire pour tout et pour tous, défend depuis toujours le tiers payant social pour les populations défavorisées (CMU, ACS), et au-delà, laissé à l'appréciation du médecin.

Le rapport de l'Igas remis à la ministre donne également raison à la CSMF sur l’infaisabilité technique de la mise en place d’un tiers payant généralisé. Elle n’a eu de cesse de dénoncer le casse-tête administratif et bureaucratique engendré par un tel dispositif faisant du médecin un contrôleur au lieu d’un soignant et qui, au final, pénaliserait le patient. Rappelons que la CSMF a proposé, lors de la concertation sur la loi de santé en 2015, une alternative qui a été totalement ignorée : le paiement monétique à débit différé santé.

La CSMF se félicite de la décision du gouvernement qui rompt avec le dogmatisme du précédent quinquennat. C’est grâce à l’opposition ferme et déterminée de la CSMF à la politique de Marisol Touraine, opposition qui s’est traduite par le refus du tiers payant généralisé et par celui de signer la convention, que la voie vers un dialogue constructif est à nouveau ouverte.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Lundi, 23 octobre, 2017