Accord conventionnel interprofessionnel : la CSMF s’engage

Le regroupement des médecins libéraux et l’organisation de la prise en charge des patients avec d’autres professionnels de santé répondent à l’évolution du métier médical, en particulier pour l’exercice des soins ambulatoires en ville. Les maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP), monosites ou multisites, se multiplient partout dans le pays.

Les missions confiées aux MSP ont été reconnues par une valorisation, y compris financière, sous forme de nouveaux modes de rémunération. Par le biais des SISA (sociétés interprofessionnelles de soins ambulatoires), ces modes de rémunération ont permis de participer au financement de la coordination, des systèmes d’information et du fonctionnement de ces structures (accueil, ouverture prolongée, etc.). Après l’échec de la négociation conventionnelle interprofessionnelle il y a deux ans, un règlement arbitral avait permis la poursuite de ces financements.

La négociation conventionnelle interprofessionnelle a permis d’aboutir à un accord conventionnel que la CSMF a décidé de signer ce jour. Cet accord constitue une avancée pour les structures concernées, en prenant mieux en compte les outils d’organisation, comme l’informatique, et en favorisant la coordination par un financement spécifique attribué à cette activité interprofessionnelle. La CSMF se félicite aussi d’avoir obtenu une valorisation de l’activité des médecins spécialistes dans les MSP.

Pour la CSMF, cet accord est une avancée dans l’évolution de l’organisation sur les territoires. La CSMF renouvelle son attachement à un exercice libéral rémunéré à l’acte et considère que cet accord n’est qu’une reconnaissance partielle de l’activité transversale du médecin libéral. La CSMF renouvelle son attachement au développement de toutes les formes de regroupement des médecins libéraux, tant en médecine générale qu’en médecine spécialisée, et ne souhaite pas s’en tenir au modèle unique des maisons de santé pluriprofessionnelles.

La coordination autour du patient est une activité quotidienne des médecins libéraux et des autres professionnels de santé libéraux qui doit être reconnue et valorisée en tant que telle. Cet accord conventionnel interprofessionnel ne la valorise que pour une petite partie d’entre eux (10 à 15 % des médecins généralistes seulement), en attendant une valorisation plus large.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Jeudi, 20 avril, 2017