Déremboursement de la viscosupplémentation : mieux vaut être riche et bien portant

Malgré les protestations de la CSMF et du SNMR (Syndicat national des médecins rhumatologues) depuis l’année dernière, les ministères de la santé et de l’économie ont confirmé le déremboursement des acides hyaluroniques injectables dans l’arthrose du genou, au motif que ces produits « présentaient un service rendu insuffisant pour leur maintien au remboursement » (parution au JO du 28 mars).

Pour justifier cette décision, les autorités sanitaires se sont appuyées sur une littérature qui fait désormais controverse. Les études les plus récentes prouvent que ce traitement reste le plus efficace aujourd’hui pour soulager les patients atteints de gonarthrose, avec le meilleur rapport bénéfice-tolérance, contrairement aux antalgiques et anti-inflammatoires aux effets indésirables plus fréquents et plus graves.

Pour rappel, 9 à 10 millions de la population française souffrent d’arthrose, et 2,5 millions de personnes de plus de 65 ans sont touchées par l’arthrose du genou. Le déremboursement de la viscosupplémentation va obliger les millions de patients arthrosiques à se tourner vers des traitements plus chers, plus coûteux et moins efficaces. Ce sont les populations les moins favorisées qui vont payer le prix fort, directement de leur poche ou via leur mutuelle qui va s’empresser de leur proposer des forfaits « arthrose ».

La CSMF dénonce l’instauration de cette médecine à deux vitesses et l'incohérence du gouvernement qui met en place des plans pour lutter contre le renoncement aux soins mais dérembourse des traitements qui diminuent nettement la souffrance de millions de patients.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Jeudi, 30 mars, 2017