Journée d’action du 23 mars : la CSMF fait front commun avec les radiologues !

L’utilisation de l’article 99 de la LFSS 2017, qui impose de manière unilatérale des baisses de tarifs aux radiologues, signe le grand retour de la logique comptable de l’Etat. Ce retour sera lourd de conséquences, tant pour la profession que pour les patients. En effet, privés de moyens, les cabinets de radiologie – tout comme leur capacité à investir et à innover – seront directement impactés, menaçant ainsi la qualité de l’imagerie médicale et l’accès aux soins.

Mais ces baisses tarifaires en radiologie, décidées selon le bon vouloir du directeur général de l’UNCAM et sans concertations avec les syndicats de médecins libéraux, ne sont qu’un prélude ! Car à travers les radiologues, ce n’est pas une seule spécialité qui est gravement touchée, mais l’ensemble de la médecine libérale. En effet, après la radiologie, quelle spécialité fera les frais de la logique comptable du gouvernement ?

Pour empêcher la destruction programmée de la radiologie par l’Etat et, à moyen terme, celui de toute la médecine libérale, la CSMF s’associe à la journée nationale de grève des radiologues le 23 mars et à la grève de la prise de rendez-vous téléphoniques en IRM du 23 au 31 mars, et appelle l’ensemble des médecins libéraux à se joindre aux différentes actions et mobilisations des radiologues.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Mardi, 21 mars, 2017