Prévention : reconnaître et valoriser le rôle majeur des médecins libéraux

Dans le dernier « Panorama de la santé en Europe » de l’OCDE, la France reste dans le peloton de tête en matière de qualité des soins. L’espérance de vie des Français dépasse ainsi de près de deux ans celle des autres habitants des pays de l’OCDE (82,8 ans contre 80,9 ans en moyenne).

Ceci est le résultat de la qualité de la prise en charge des patients dans notre pays et de l’engagement de tous les professionnels de santé, en particulier des médecins libéraux.

Cependant, la prévention est le parent pauvre de notre système de santé, essentiellement orienté vers le curatif. La prévention n’est pas une priorité politique en France. Seuls 1,9% des dépenses de santé sont consacrées à la prévention, contre 3% en moyenne dans l’Union européenne.

La prévention n’est pas assez identifiée, structurée et reconnue en France. Ainsi, la politique vaccinale devrait s’appuyer sur des choix cohérents des pouvoirs publics, pour éviter par exemple les messages contradictoires sur la vaccination contre l’hépatite B ou les conséquences désastreuses de la campagne de vaccination contre la grippe H1N1 il y a cinq ans.

La prévention fait partie intégrante du métier de médecin. Il réalise tous les jours des actes de prévention auprès de ses patients, dans tous les domaines, que ce soit en matière de lutte contre le tabagisme, l’alcoolisme, l’obésité, etc. Il est nécessaire de mieux structurer la prévention en lui donnant une place à part entière dans l’activité médicale et en créant de véritables consultations de prévention, comme la CSMF l’avait proposé lors des négociations conventionnelles.

Chaque Français devrait pouvoir bénéficier à différents âges clés d’une vraie consultation de prévention à contenu défini en prenant en compte ses antécédents, son contexte professionnel et son environnement social.

La prévention doit se faire à toutes les grandes étapes de la vie et s’organiser autour du médecin traitant. Elle doit faire l’objet d’un engagement fort des pouvoirs publics en s’appuyant largement sur les médecins libéraux.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

 

Mercredi, 23 novembre, 2016