Liberté d’installation : des députés incorrigibles !

C’est presque devenu une tradition dans l’hémicycle. Des députés ont encore déposé un amendement, cette fois-ci dans le cadre de l’examen du PLFSS 2017, pour contraindre la liberté d’installation des médecins libéraux par un conventionnement sélectif.

Quand comprendra-t-on que la liberté d’installation est un pilier de l’exercice libéral et qu’on ne peut pas demander aux médecins qui ont un statut libéral de pallier au désengagement de l’Etat des services publics ? Difficile de s’installer avec sa famille dans une commune où il n’y a pas ou presque plus d’école, de poste, de gare, etc.

Quand comprendra-t-on que l’accès aux soins est difficile non seulement dans certaines zones rurales mais aussi dans les hyper centres-villes, à cause notamment des fortes contraintes immobilières, associées à l’absence de réponse des collectivités locales ?

Quand comprendra-t-on que les jeunes tardent aujourd’hui à s’installer devant les contraintes de l’exercice médical libéral ? L’âge moyen de l’installation en libéral est de presque 40 ans !

Quand comprendra-t-on que les expériences à l’étranger qui ont mis fin ou contraint la liberté d’installation se sont révélées être des échecs retentissants ?

Au lieu de vouloir coûte que coûte la coercition, il est temps que les parlementaires comprennent que le déficit de médecins libéraux dans certaines zones se résorbera grâce à un panel de mesures incitatives qui rendra la vie professionnelle du médecin compatible avec les évolutions sociétales actuelles.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Mercredi, 19 octobre, 2016