Communiqué : Téléconsultation AXA

. Ouverture d’une téléconsultation par AXA France  7 jours sur 7 et 24h sur 24 : la CSMF rappelle les règles à la société AXA. La télémédecine est l’un des outils que la médecine libérale explore depuis plusieurs années et qui fait partie de l’arsenal des outils de la médecine d’aujourd’hui et de demain. C’est le constat tiré de l’expérience réalisée avec les médecins ophtalmologues, entre autres. La télémédecine suppose en effet une relation préétablie entre le patient et le médecin, elle est un complément tout à fait pertinent de la prise en charge à distance mais doit rester très encadrée. Sans connaître le patient, sans son dossier médical, sans l’antériorité les prescriptions déjà réalisées, … quid de la qualité de la consultation et de la prescription ?

Garantir l’accès aux soins par télémédecine à 24 millions de salariés, dans le cadre d’un contrat d'assurance santé collectif proposé  par l’entreprise, n’est donc pas la garantie d’un accès à des soins de qualité, et encore moins la garantie d’un soin réalisé en toute indépendance. La question de l’indépendance professionnelle est entière. Comment rester indépendant professionnellement lorsqu’on est médecin - salarié de l’assureur ? Il y a pour le moins confusion des genres puisque l’assurance qui rembourse le patient devient prescripteur des soins qu’elle rembourse!

 

D’autre part, le nouveau dispositif légal oblige aujourd’hui toutes les entreprises à faire bénéficier leurs salariés d’une complémentaire santé qu’elles choisissent. Cette situation a eu pour effet de faire remplir à chaque salarié un questionnaire médical fouillé.  La sécurisation de ces données n’a pas été posée et donc potentiellement l’existence d’un conflit d’intérêt non plus.

 

Forte de son expérience dans la télémédecine et soucieuse des conditions de la pratique des médecins et de la relation de soins des patients avec leur médecin, la CSMF s’alarme et rappelle avec force les principes fondateurs de la médecine que sont notamment l’indépendance et le secret des données médicales. Elle rappelle également et se fait le porte-voix de tous les médecins qu’il existe de facto un problème majeur sur le lien entre le médecin prenant en charge habituellement le patient et le médecin de l’assureur qui semble avoir été totalement balayé d’un revers de la main.

 



Mercredi, 20 mai, 2015